Eugene, une surprise nommée Laverty



Étonnant depuis le début de la saison, Eugene Laverty est entré dans les points pour la 4ème fois consécutive à Jerez de la Frontera. Une performance que l’enfant de Toomebridge n’avait jamais réalisé  en Grands Prix, que ce soit en 250cc (2007-2008) ou en MotoGP (2015).

Il est la grande (et belle) surprise de ce début d’année 2016. Au nez et à la barbe des 3 pilotes britanniques, l’irlandais Laverty pointe à la 9ème place au classement général du Championnat du Monde MotoGP après 4 épreuves. Mieux encore : il dispose de 28 points, supérieur au total qu’il avait enregistré ces dernières années en 48 départs (29 en 250cc, 18 en MotoGP et une petite course en 125cc).

 

Du BSB au SBK en passant par les GP

Wild-card à Donington en 2004 (125cc) alors qu’il fait ses armes au Royaume-Uni, l’irlandais accède au Mondial en 2007 après une saison 2006 marquée par de belles réussites en British Supersport : vainqueur de 4 courses, il termine 3ème du général derrière Cal Crutchlow et Tom Sykes, des hommes qu’il retrouvera quelques années plus tard (et qui l’empêcheront encore d’être champion).

Ses deux saisons passées en 250cc, l’une chez LCR Honda et l’autre avec Blusens Aprilia, ne lui permettent pas de s’illustrer (14 points marqués). Laverty met d’ailleurs prématurément un terme à sa dernière année, alors qu’il est parallèlement auteur d’une excellente performance en Mondial Supersport : remplaçant du français Fabien Foret, il obtient un podium sur une piste (Vallelunga) et une machine (Yamaha YZF-R6) qu’il connaît très peu.

L’équipe Parkalgar Honda lui offre sa chance en 2009. Au terme d’une aventure couronnée de succès (4 triomphes), il termine vice-champion du monde SSP avec 7 petites unités de retard sur son rival Crutchlow. L’année suivante, il récidive en manquant le titre pour 11 points face au turc Kenan Sofuoglu malgré 8 victoires et 10 podiums en 13 manches. 

Recruté par la structure officielle Yamaha en Mondial Superbike, EL58 gagne à Monza et se classe 4ème au général derrière trois anciens cadors du MotoGP : Carlos Checa, Marco Melandri et Max Biaggi. Il rejoint le romain en 2012 chez Aprilia mais a plus de mal à trouver ses marques (6ème), avant de révéler l’ampleur de son potentiel sur la machine italienne en 2013. Monté sur le podium de 18 des 28 courses, il lutte pour le titre mais, pénalisé par 5 résultats blancs, passe à côté pour 23 points derrière Tom Sykes.

L’équipe Voltcom Crescent Suzuki le fait signer pour la saison 2014, saison qu’il débute à merveille puisque vainqueur de la manche d’ouverture à Phillip Island. La suite sera malheureusement plus compliquée pour l’irlandais, contraint à abandonner ses espoirs de sacre et disputer les places du top-10. Après plusieurs années à haut niveau, Eugene s’est fait un nom mais a manqué à 3 reprises l’obtention d’une couronne pour une poignée de points.

 

L’aventure MotoGP

Jorge Martinez a repéré le talent du garçon, petit frère d’un Michael Laverty au sortir d’une période difficile au sein du Paul Bird Motorsport. Il lui offre une place dans le team Aspar au guidon de la Honda « Open » RC213V-RS. Un apprentissage difficile conclu en 22ème position (9 points), mais une expérience ô combien intéressante et une année passée aux côtés de l’ex-champion du monde Nicky Hayden. Aspar le reconduit pour 2016 avec l’arrivée de la Desmosedici GP14.2.

Les essais hivernaux laissent cependant le manager espagnol dubitatif : 17ème à Valencia, bon dernier à Sepang, avant-dernier à Phillip Island puis 20ème à Losail, Eugene ne semble pas à son aise sur la Ducati. Il déjoue cependant les pronostics dès le Qatar, se qualifiant 14ème (meilleur qualif’ de 2015) avant d’égaler son meilleur résultat en catégorie reine le lendemain (12ème).

Malin, survolté et profitant des faits de course en Argentine, l’irlandais réalise une exceptionnelle performance en s’octroyant la 4ème position à 8 secondes du podium de Dani Pedrosa. « Chanceux » pour certains, le pilote Aspar enchaîne avec une nouvelle 12ème place à Austin. Le week-end dernier, Laverty a fait taire (pour de bon ?) les médisants en franchissant l’arrivée 9ème après avoir passé l’intégralité de la course dans le top-10.

Un ensemble de résultats qui permettent à l’ex-Poulidor du WSS/WSBK de pointer 9ème au classement général devant un bon nombre de pilotes chevronnés, tels que l’allemand Stefan Bradl ou les officiels Andrea Iannone et Andrea Dovizioso (qui devraient néamoins le repasser d’ici peu). Il se paie même le luxe de devancer les 3 britanniques du plateau, à savoir Bradley Smith, Scott Redding et Cal Crutchlow.

Doté d’un parcours atypique, Eugene Laverty (30 ans en juin prochain) n’est – certes – pas l’avenir du MotoGP mais il semble néanmoins l’un des hommes à suivre cette saison. S’il rêverait de prendre un jour la relève de Tom Herron, dernier irlandais à s’être imposé sur un Grand Prix (Île de Man 1976 en 250cc & 500cc, à l’époque où le TT figurait au calendrier), l’actuel pilote Ducati s’affirme progressivement comme un indubitable candidat au top-10, et l’une (sinon la) surprise de ce début de saison 2016. Affaire à suivre.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de