Dani Pedrosa, toujours plus loin, toujours plus haut, mais pas avec ces gommes-là



Dani Pedrosa n’a jamais été Champion du Monde MotoGP et ne le sera peut-être même jamais et pourtant, il force le respect et l’admiration dans tout le paddock.

Dani Pedrosa c’est un peu l’homme des extrêmes, le plus petit (1m60), le plus léger (51kg), le plus souvent blessé alors qu’il n’est pas vraiment celui qui tombe le plus, celui dont on dit qu’il a le plus beau pilotage…

Malheureusement, tous ces extrêmes sont un frein dans sa carrière et si la saison dernière il devait se retirer l’espace de quelques courses pour enfin se laisser guérir, cette saison, c’est sans blessure et avec la détermination de mettre toutes les chances de son côté qu’il se présentait à Sepang.

Malheureusement, il s’est assez vite avéré que les pneus apportés par Michelin ne lui convenaient pas du tout. Pire encore, en amenant à Austin un pneu à la construction plus dure afin d’éviter que ne se reproduisent les incidents ayant impliqué Baz et Redding, Michelin plombait encore plus sérieusement le ciel de Pedro.  

«  Avec le premier type de pneu avant que nous avons travaillé, tout se passait bien mais comme beaucoup de pilotes sont tombés, Michelin a changé ».

Mais si les Michelin ne lui conviennent pas, Pedrosa n’incrimine pas que Bibendum car selon lui, il faut également chercher la cause de ses malheurs dans le manque de tests.

« Le manufacturier doit apporter de nouvelles idées. Ce n’est pas un problème de moto ou de pilote. Ils doivent changer les règles pour permettre à Michelin d’effectuer plus de tests. Le championnat doit faire quelque chose pour être plus intéressant. Je suis effectivement plus affecté que les autres parce que c’est la loi de la physique, je pèse moins et je génère moins de grip, mais tout le monde veut une construction plus tendre. On voit sur les images que le pneu chauffe et que la puissance est perdue ».

Résigné Pedrosa? Certainement pas! Il mange son pain noir en attendant des jours meilleurs!

Chaque année est un peu plus difficile. L’année dernière elle était physiquement difficile et cette année elle l’est techniquement mais je suis quatrième sans être au maximum. Un jour viendra. »

Stay tuned!

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de