Pol Espargaro : « B**** par la nouvelle réglementation »



En lisant l’interview accordée par Pol Espargaro à Motorsport.com, nous avons pensé à l’interview que nous avait accordée Didier de Radiguès en réaction aux propos de Dani Pedrosa qui déplorait le manque de tests en MotoGP.

En effet, si le Belge ne s’offusquait pas du problème soulevé par Pedrosa, en revanche, il estimait que le passage à la nouvelle électronique, censée niveler les performances, n’avait fait qu’accroître le fossé entre les usines et les teams privés qui, de par leur structure forcément limitée, ne pouvaient pas répondre aussi efficacement à ce nouveau défi que les factory.

Et aujourd’hui, Pol Espargaro ne dit pas autre chose car bien que cinquième au classement général, l’espagnol doit sa place qu’à sa régularité et non pas à sa vitesse, ce qui a le don de l’agacer.

« Notre priorité, à l’heure actuelle, est de ne pas chuter, de terminer les courses. Quand certains pilotes me doublent au début de la course, je me persuade d’être patient. Nous ne sommes peut-être pas incroyablement rapides mais nous sommes constants, et c’est pour cette raison que nous sommes cinquièmes au championnat. Mais ce n’est pas la meilleure façon d’être cinquième ! Je préférerais être septième, mais avec de plus belles performances en piste ».

Et comme Didier de Radiguès, l’espagnol trouve la raison de ces nouvelles difficultés dans l’avènement de l’électronique unique.  

« Avec la nouvelle électronique, vous avez besoin de plus de personnes pour s’en occuper et avec les nouvelles gommes, vous devez régler la moto d’une manière différente. Or, nous ne pouvons pas avoir 20 personnes pour s’occuper de l’électronique.

Ensuite, les motos d’usine sont beaucoup plus rapides qu’auparavant, de sorte que les équipes satellites sont encore plus b***** qu’auparavant.

Lorsque les pneus sont usés, que la température de la piste est élevée et que le grip est faible, vous avez besoin d’une incroyablement bonne moto et d’un incroyablement bon set-up.

Nous avons besoin de plus de soutien, parce qu’à l’arrivée à Jerez j’étais à 30 secondes de Valentino. C’est incroyable ! »

Stay tuned!

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de