Les 19h30 de PHP #2 : Feliz cumpleaños Jorge!



Demain mercredi 4 mai, Jorge Lorenzo fêtera ses vingt-neuf ans. A priori, rien de bien extravagant dans cette nouvelle, si ce n’est que sa date d’anniversaire restera l’un des moments-clé dans la carrière du champion espagnol.

Elle a en effet marqué ses grands débuts en Grand Prix lors de la saison 2002, sur le circuit de Jerez en Espagne. Enfin, des débuts retardés car le jeune Jorge avait été contraint de regarder les premiers essais libres 125 du vendredi du bord de la piste faute d’avoir l’âge réglementaire (15 ans) pour participer au Championnat du monde.

C’était d’ailleurs pour cette raison qu’il n’avait pu disputer les deux premières courses de la saison au Japon et en Afrique du Sud.

Le lendemain, samedi 4 mai 2002, jour des ses 15 ans, Jorge Lorenzo fut bien sûr l’un des premiers pilotes à entrer en piste au guidon de sa Derbi pour la deuxième journée d’essais. Quand il évoque cet événement, Lorenzo garde un autre grand souvenir en tête, sa rencontre avec Max Biaggi, son idole : « Quand je suis arrivé à Jerez pour ce fameux premier Grand Prix, j’ai rencontré Max. Comme je ne pouvais pas rouler à cause de mon âge, il m’a invité dans son motorhome et nous avons beaucoup discuté« , se souvient-il.

Vous connaissez la suite, deux titres mondiaux en 250, trois couronnes en MotoGP et une réputation de « dur à cuir ».

C’est d’ailleurs sur le circuit du Mans où se déroulera le Grand Prix de France dimanche prochain que Jorge Lorenzo fit la preuve de son incroyable bravoure. Sérieusement blessé aux jambes après une sévère chute en Chine, Lorenzo était allé conquérir une héroïque deuxième place en course derrière Valentino Rossi.

On a encore cette image en tête de Jorge se hissant sur le podium du Mans avec des béquilles! Depuis ce fait d’arme, l’Espagnol est devenu l’un des chouchous du public du Grand Prix de France, même s’il est loin de posséder l’aura d’un Rossi bien sûr. Où qu’il aille Valentino est une immense star, même en Espagne où il compte plus de supporteurs que les pilotes ibériques eux-mêmes.

Dans sa rivalité avec Rossi, Lorenzo est souvent considéré comme le « bad boy », une étiquette injuste quand on connaît le personnage, un type simple et attachant en dehors de la piste. Mais bon, une fois le casque sur la tête, tous ces pilotes redeviennent des bêtes de course, des compétiteurs hors pair qui haïssent la défaite, et cela pour notre plus grand plaisir!

Ce week-end au Mans, un circuit favorable aux Yamaha, on sera nombreux à rêver d’un nouveau duel aux couteaux entre les deux coéquipiers, avec Marc Marquez en arbitre! Reste à savoir lequel l’emportera à l’applaudimètre?

Retrouvez le premier numéro des 19h30 de PHP : Inoxydable Rossi

Stay tuned!

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de