Binder : toujours plus loin, toujours plus haut…avec la bénédiction de la science de la course



Brad Binder n’est pas un nouveau en MotoGP puisque le Sud-Africain, qui fêtera ses 21 printemps le 11 août, dispute sa cinquième campagne complète en Moto3.

Après avoir disputé les cinq dernières courses de la dernière saison de l’ère des 125 deux temps, il grimpe sur la Moto3 de chez RW Racing en 2012 et clôture à la 21ème place du classement général.

L’année suivante, il signe avec Ambrogio Racing et reçoit une Mahindra  comme monture. Il terminera à une honorable treizième position avec une quatrième place comme meilleur résultat lors du Grand prix d’Espagne à Jerez.

En 2014, toujours sur une Mahindra, il enregistre ses deux premiers podiums. En Allemagne où il termine second et au Japon où il clôture sur la dernière marche du podium. Il finira le Championnat au onzième rang.

Repéré par Aki Ajo, il passe dans le team officiel KTM à l’occasion de la campagne 2015. S’il signe quatre podiums, en Espagne, en Tchéquie, en Australie et en Malaisie, sa première année dans l’écurie du team manager finlandais se clôture sur un bilan mi-figue mi-raisin puisque non seulement, il n’a remporté aucune course mais qu’en plus, il ne marque que 159 points.

Il manquera au Sud-Africain une certaine régularité. Il cumulera trois chutes et trois arrivées au-delà de la neuvième position sur l’ensemble de la saison.

Qu’à cela ne tienne, il était écrit que son année ce serait 2016 ! Et l’année commençait plutôt bien avec une arrivée jugée à la photo finish au Qatar (second), deux troisièmes places en Argentine et en Amérique et puis deux victoires en Espagne et en France. Et quelles victoires !

On se souviendra notamment qu’en Espagne, en raison d’un mapping non conforme en Espagne, il s’élançait de la dernière place et remontait tous ses adversaires les uns après les autres pour clôturer par une somptueuse victoire avec 3,3 secondes d’avance !

Mais si cette remontée fut aussi héroïque que somptueuse, nous, c’est son dernier tour dans la Sarthe qui nous fait dire qu’aujourd’hui, le Sud-Africain a gagné son étiquette de patron de la catégorie.

En effet, après avoir intelligemment laissé Fenati faire la course en tête, il profitait de l’avant dernier tour pour se rapprocher de Fenati avec une facilité déconcertante avant de le passer dans les « S » bleus.

Et puis ce dernier tour, c’est l’histoire d’une démonstration de force où il n’aura pas laissé une seule possibilité à ses adversaires de le doubler.

Sorties de virages impeccables, fermeture de toutes les portes…un modèle du genre à visionner dans toutes les écoles de pilotage.

Brad Binder a fait preuve d’une maîtrise totale de son sujet et d’une intelligence qui, à l’heure actuelle, font de lui le favori numéro un à la succession de Danny Kent.

Nous avons demandé à Didier de Radiguès ce qu’il en pensait et le moins qu’on puisse dire, c’est que le Belge est dithyrambique !

« Il a peut-être mis un peu plus de temps que les autres pour totalement s’affirmer mais désormais Brad Binder montre que c’est un Champion. Il sait mener des courses, il sait même les gagner en partant dernier. Je remarque aussi qu’il a une énorme attaque, qu’il est extrêmement malin comme en témoigne la manière dont il a mené son Grand Prix en France. Pour moi et indépendamment de sa position au Championnat, je vois en lui un grand talent ».

On rappellera que si la saison dernière, Brad Binder avait marqué 159 points, en 2016, après cinq courses, il en compte déjà 102 !

On rappellera aussi que si depuis 2012 il comptait 6 podiums, en 2016, il en compte déjà cinq…en cinq courses !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de