#CatalanGP : Pol Espargaro et Andrea Dovizioso s’opposent à Rossi et Lorenzo

Après la tragédie survenue hier au virage numéro 12 du circuit de Montmelò, la commission de sécurité réunissant la majorité des pilotes MotoGP a décidé d’apporter deux modifications au tracé.

Une au virage 12, l’autre au virage 10 et c’est précisément la seconde qui a fait couler beaucoup d’encre en cette fin de seconde journée du Grand Prix de Catalogne.

En effet, ces modifications, adoptées dans le but d’une sécurité accrue, ont visiblement défavorisé les Yamaha, ce qui a provoqué des réactions négatives de la part des deux pilotes de pointe de la marque d’Iwata, Valentino Rossi et Jorge Lorenzo.

C’est ainsi que Valentino Rossi commentait : « Je ne comprends pas pourquoi ils ont changé le virage 10, où rien ne s’est passé. Probablement que celui qui l’a fait, l’a fait seulement parce que le changement était meilleur pour sa moto et pire pour celles des autres et non pour des raisons de sécurité. Quelle était la raison de ce changement? Ce n’est pas vrai que les issues de secours étaient insuffisantes ».

Ensuite, il continuait tout de même en précisant que « cette année, malheureusement, je n’ai jamais pu assister aux réunions de la Commission, mais si on n’y va pas il faut savoir accepter ce que décident les autres. Je savais qu’il y avait la Commission de sécurité, mais j’avais des choses à faire et je n’ai pas pu y aller. J’ai probablement commis été une erreur ».

De son côté, Lorenzo, qui avouait ne jamais aller à la Commission de sécurité, regrettait de ne pas avoir été prévenu de sa tenue : «Hier, c’était une occasion spéciale. La Commission de sécurité se passe normalement dans les bureaux de la Dorna mais hier, elle a été déplacée dans le virage. Je ne savais rien de ce qui se passait à cet endroit ». Marquez démentait toutefois cette information en insistant sur le fait qu’avant de se rendre sur le circuit, les pilotes s’étaient bel et bien réunis dans les bureaux de la Dorna.

Ces excuses et ces accusations sont restées en travers de la gorge de plusieurs pilotes et notamment de celle de Dovizioso et de celle de Pol Espargaro.

Le pilote Ducati n’acceptait pas le ressentiment de Lorenzo quant au fait de « soi-disant » ne pas avoir été invité !

« Son ressentiment ne change pas grand-chose, parce qu’il y a des pilotes qui viennent à la commission de sécurité et ceux qui préfèrent ne pas se présenter parce que leurs rapports avec d’autres pilotes sont mauvais. Dans ces cas, je pense que certaines questions personnelles doivent être mises de côté, en faveur de la sécurité. Le cas en question était sans aucun doute important et tous devaient être présents quand on en a discuté ».

Pol Espargaro se montrait encore plus sévère avec Rossi et Lorenzo.

D’abord sur Twitter ou il publiait : « il y a vraiment peu d’humanité et de respect en Championnat du monde MotoGP ! J’ai beau essayé, je n’arrive pas à comprendre ! ».

Ensuite, interrogé sur Sky Sport, l’Espagnol livrait fond de sa pensée. D’abord sur les excuses de Lorenzo…« Il faut toujours se rendre à la Commission de sécurité, il n’y a pas besoin d’être invité, vous y allez à 17.30. Nous avons aussi une responsabilité envers les pilotes Moto2 et Moto3 ».

…ensuite sur les accusations de Rossi « Il est dingue de dire que dans ce virage la Honda fonctionne mieux, non pas parce que ce n’est pas vrai, mais parce qu’il s’agit d’une question de sécurité: hier, un garçon est mort !

Valentino ne peut pas simplement dire qu’il y a beaucoup d’autres virages dangereux sur d’autres circuits qui ne sont pas modifiés. Vous devez aller à la Commission de sécurité.

Quelque chose était arrivé au virage 12 l’année dernière? Nous devons attendre que quelqu’un décède pour changer le circuit? Je roule aussi sur une Yamaha et maintenant je suis plus lent à cet endroit, mais vous ne pouvez pas penser que le monde entier est contre vous et que Marquez a fait cette proposition pour gagner ! »

Peut-on vraiment lui donner tort ? Peut-on encore accepter que certains pilotes ne se présentent pas à la Commission de sécurité en raison de leur rivalité ? Peut-on encore accepter que cette commission soit facultative ?

Voilà probablement des questions que l’organisateur, la FIM et l’IRTA devront soulever car comme l’a très justement rappelé Pol Espargaro, hier, un garçon est mort !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store