#DutchGP, Rossi, Dovizioso : les regrets sont éternels…



Hier, à Assen, la pluie a consacré Jack Miller, le jeune talent de chez Marc VDS et pendant que l’inexpérimenté australien gagnait la reconnaissance et l’estime de ses pairs, le nonuple Champion du Monde laissait une belle part de ses chances de titre glisser d’abord sur le tarmac, ensuite dans les graviers bataves.

La sanction tombait quelques tours plus tard lorsque le classement provisoire du Championnat du Monde affichait un retard de 42 points sur Marc Marquez. Plus que jamais, l’Espagnol continue de capitaliser sur les erreurs de ses concurrents grâce à une certaine sagesse qui, l’année dernière, lui avait cruellement fait défaut.

Valentino Rossi s’est fourvoyé parce qu’hier, à Assen, que ce soit sur le sec ou sous la pluie, il était probablement le plus rapide ou en tout cas, plus rapide que Marquez et Lorenzo. L’Italien a commis une erreur et il n’avait pas besoin qu’on le lui fasse remarquer pour se montrer dur envers lui-même !    

«Je suis un âne, voire même quelque chose de pire…mais je pense que ce qualificatif est suffisant. C’est une grosse erreur, j’avais une bonne chance de ramener des points importants à la maison. Sur le sec, j’avais un bon rythme et sur le mouillé également. C’est l’une des pires erreurs de ma carrière, parce que j’avais l’occasion de mettre celle d’Austin derrière moi après tant de courses. Au lieu de ça, j’ai commis une erreur de débutant. C’est vraiment mauvais de commettre une erreur quand vous avez la possibilité de gagner, que vous avez une belle avance, car il aurait suffi d’être un peu plus prudent, d’aller un peu plus lentement ».

Et lorsqu’on lui disait qu’on espérait que cette saison ne devienne pas celle des occasions ratées, il ne se cachait pas non plus derrière une réponse nuancée.

« Pour moi, ça l’est, j’espère que ça le deviendra aussi pour quelqu’un d’autre ».

Et Rossi n’a pas été le seul à commettre l’erreur de trop lors de cette course compliquée. En effet, le tour avant que Rossi ne commette son erreur, c’est Dovizioso qui y allait de sa faute.

Et là, même son de cloche et mea culpa à l’équipe.

Pour le pilote Ducati, lui et Rossi se sont mutuellement poussés à la faute par fierté, par égo. A trop vouloir gagner, les deux hommes ont tout perdu, surtout Rossi d’ailleurs.

« Au deuxième départ, Valentino savait que je serais le seul capable de le battre. Le pneu avant était notre limite, car avec l’arrière plus tendre qui poussait sur l’avant, nous avions moins de grip.

Vale et moi nous nous sommes éliminés l’un l’autre. Il aurait suffi de quelques tours. Sans cette erreur, ça aurait été différent, je devais mieux gérer cette situation ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store