Pol Espargaro : « Je ne pouvais pas faire plus »



Pol Espargaro a terminé 1er pilote Yamaha lors du dernier Grand Prix des Pays-Bas, et ce pour la première fois de sa carrière MotoGP. Satisfait, l’espagnol ne regrette pas d’être passé à quelques virages du podium. Il admet avec humilité avoir été moins rapide que ses rivaux.

En terminant 4ème, l’ex-Champion du Monde Moto2 réalise une excellente opération au classement général. Il est désormais seul leader au tableau des pilotes privés, avec 14 points d’avance sur Hector Barbera et 24 de marge par rapport à Eugene Laverty. En outre, il a égalé le meilleur résultat de sa carrière depuis son arrivée dans la catégorie avec l’écurie Tech3.

« Valentino a chuté, mon coéquipier a chuté, Lorenzo termine 10ème, alors ce n’était pas facile d’être pilote Yamaha aujourd’hui, a-t-il déclaré à l’arrivée. La première course a été compliquée. L’avant était très, très difficile, tout comme l’arrière. Nous étions complètement à côtéNous devions utiliser le dur à l’arrière, et avec lui nous avions besoin d’attendre que la piste sèche. Quand ça a commencé à sécher j’ai été capable de reprendre beaucoup de pilotes, ensuite il s’est remis à pleuvoir et nous avons du arrêter. »

Neuvième à la sortie du drapeau rouge, Espargaro s’est ensuite montré plus à l’aise : « Dans la deuxième course j’étais beaucoup mieux avec le pneu soft à l’arrière, explique-t-il. J’étais bien plus rapide, je ne sentais pas les pneumatiques s’user. Bien sûr la piste a commencé à sécher et le pneu arrière se dégradait, mais je me sentais très bien. » 

 

« Ok, il est en train de jouer »

Avant de quitter le box d’Hervé Poncharal, le catalan se verrait bien monter sur son premier podium et ainsi offrir à la marque au diapason la récompense de trois ans de travail. Sur le TT Circuit Assen, Espargaro n’en est pas passé loin puisqu’il était 3ème à 2 tours de l’arrivée. Le britannique Scott Redding l’a finalement privé de ce résultat.

« Scott était très rapide, il attendait simplement les derniers tours pour me doubler. Je ne pouvais pas faire plus. J’ai essayé de forcer un tour afin de voir comment cela se passerait, et j’ai roulé une seconde plus vite. J’ai pris beaucoup de risques, juste pour voir ce qui arriverait, si je prendrais l’avantage sur lui. Il est resté dans ma roue, et je me suis dis : « Ok, il est en train de jouer. Il est en train d’attendre ». Je savais qu’il allait me dépasser. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de