Chez Mahindra, on avait « jamais vu autant d'hommes pleurer »



En remportant le Grand Prix des Pays-Bas, Francesco Bagnaia n’a pas seulement soulevé son premier trophée de vainqueur en Moto3. Le pilote Aspar a également marqué l’Histoire du constructeur Mahindra, qui n’avait jusqu’alors jamais gagné en Championnat du Monde.

Arrivé en 2011 en catégorie 125cc, Mahindra s’était ensuite progressivement implanté dans le paysage Moto3. En six ans, de nombreux pilotes sont passés sur les machines du nouveau constructeur. Leurs noms ne vous sont pas inconnus : Brad Binder, Efren Vazquez, Marcel Schrötter, et autres Miguel Oliveira ont eu l’occasion de briller sur les machines indiennes. Certains étaient passés tout près du triomphe, comme Oliveira à Sepang 2013 (+0.408) ou Binder à Motegi 2014 (+0.484).

La délivrance sera finalement venue d’un jeune homme de 19 ans nommé Francesco Bagnaia. Lors du 8ème GP de la saison 2016, le 77ème pour Mahindra en Mondial, l’italien a offert à son manufacturier sa toute première victoire. Sur le podium à 3 reprises cette saison (Losail, Jerez, Mugello), Pecco a également ouvert le compteur de sa propre carrière en vainquant sur le TT Circuit Assen. 

Interrogé par nos confrères de GPOne, Mufaddal Choonia (directeur général du projet Mahindra Racing) est revenu sur la performance de son équipe, tout en pensant déjà aux triomphes du futur qu’il espère nombreux. Mahindra prépare l’avenir et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.Nous vous proposons les meilleurs passages de l’entretien :

 

Qu’est-ce que cela signifie pour Mahindra de gagner son premier Grand Prix ?

« Je n’avais jamais vu autant d’hommes pleurer en même temps dans ma vie. Cette victoire est le fruit de nombreux efforts et sacrifices, un moment fantastique pour moi, pour Mahindra Racing, le Groupe Mahindra et l’Inde. Nous avons parcouru un si long chemin en un petit laps de temps, et montré qu’il est possible pour un nouveau manufacturier de se battre avec les meilleurs. Ce résultat est l’aboutissement d’un travail acharné, et j’espère que ce n’est que le premier de nombreux autres succès à venir. » 

Quel est le prochain objectif ?

« Nous nous sommes autorisés une petite célébration, mais la course du Sachsenring arrive et nous travaillons dur afin d’apporter une nouvelle boîte de vitesse aux pilotes, soit en Allemagne soit en Autriche. Elle a déjà fait des sorties positives sur le Mondial Junior (CEV.ndrl) ainsi que dans certains tests privés, nous voulons l’amener dans les paddocks MotoGP aussi vite que possible. Nous voulons ressentir plus souvent cette joie du triomphe, pour cela nous devons continuer à améliorer la MGP30 dans le cadre des règles de la Moto3. La boîte est la prochaine étape dans notre plan de développement 2016, et nous travaillons également sur la moto de 2017. Alors nous n’avons pas vraiment de temps à consacrer aux autocongratulations pour la victoire de Pecco. »

 

C’est la sixième saison de Mahindra dans l’univers du MotoGP. À quel point cela a-t-il été difficile de remporter cette première victoire ?

« Pour être honnête nous avions déjà été atrocement proches de la victoire avec Pecco, Oliveira et Binder. Cependant, il est vrai qu’il y a eu une quantité considérable de travail et d’apprentissage. Nos deux premières années furent celles où nous avons appris et engrangé de l’expérience. C’est le pinacle du sport motocycliste et un championnat extrêmement difficile, tout doit être parfaitement réglé si vous voulez gagner et notre expérience de ces premières années nous a beaucoup aidé. 

C’est surtout en 2013 que nous avons décidé de changer notre manière de faire, et nous avons engagé un nouveau partenaire technique qui est Suter Racing. Nous avons également conclu que, dans l’optique d’être performant à long terme, nous devions développer nos propres capacités et notre personnel. Enfin, nous avons investi dans un centre de développement Mahindra Racing entièrement équipé à Besozzo, en Italie. Nous continuons de travailler avec Suter, nous élargissons notre portefeuille de fournisseurs et nos compétences, ainsi nous souhaitons encore améliorer notre moto et prendre part à la lutte avec Honda et KTM.

Bien que notre moto se soit développée d’année en année, c’est le top-niveau de la course et nos concurents ne font pas du surplace : se contenter d’améliorer notre moto n’est pas suffisant. Nous devons travailler d’arrache-pied afin de réduire l’écart et les battre. Cette victoire montre que nous nous rapprochons, mais notre objectif est de gagner de manière plus régulière, et pour nos pilotes d’avoir une chance de l’emporter à chaque course. En tant que nouveaux dans le championnat ce n’est pas toujours facile d’attirer les meilleurs. C’est important de montrer à quel point notre package est compétitif, et plus de succès permettront à plus de top-pilotes de toquer à notre porte. Ainsi nous continuerons à faire de la catégorie Moto3 un véritable combat à 3. »

 

Est-ce que cette victoire est une grande nouvelle en Inde ?

« Oui, cela s’est vu sur Twitter et les réseaux sociaux. L’Inde est le plus grand marché du 2-roues et c’est effectivement une grande nouvelle qu’un constructeur indien se soit imposé sur une course de Championnat du Monde. Je suis sûr que cela va inspirer beaucoup de personnes à s’engager dans les sports motorisés et mécaniques. Nous avons essayé de leur donner une équipe qu’ils puissent acclamer et dont ils puissent être fiers, et aujourd’hui nous y sommes parvenus. »

Espérez-vous désormais de nouvelles victoires ?

« Pourquoi pas ? C’est notre 4ème podium de la saison, et nous avons montré que nous avons le rythme pour rouler devant sur presque toutes les pistes. Nous sommes sur une bonne dynamique, avec de nouvelles pièces qui arrivent et une motivation qui a explosé dans l’équipe. Le prochain circuit est le Sachsenring, qui n’est pas si différent que cela d’Assen. Qui sait ce qu’il peut arriver ? »

Et pour 2017 ?

« Nous continuons à travailler sur de multiples améliorations pour notre moto, que nous allons intégrer à la version 2017. Nous avons une bonne base, mais nous devons continuer à à l’affiner et l’améliorer. Une partie du personnel est déjà exclusivement concentré sur la moto de 2017, notre objectif est d’être capable de débuter nos tests plus tôt que par le passé. Cela devrait nous donner le luxe d’avoir plus de temps pour travailler et développer avec les retours de nos équipes, afin d’arriver prêts sur la première course. Sur un package homologué il n’y a que certains éléments qui peuvent être changés en cours de saison, alors il est capital d’avoir le bon dès le début. »

 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de