[CQFD] Valentino Rossi ne fera pas les 8 Heures de Suzuka. Pas en 2017



Valentino Rossi participera-t-il aux prochaines 8 Heures de Suzuka ? La rumeur enfle sur la toile et, si certains supporters rêvent déjà d’un Docteur sur le podium japonais en juillet 2017, force est de constater que ce ne sera — en toute logique — pas possible. Pas si tôt. CQFD*.

Il est d’ailleurs étrange d’écrire qu’il est trop tôt pour un pilote âgé de 37 ans et 5 mois, mais c’est aussi cela qui fait la légende du héros de Tavullia. Un héros qui, seulement quelques heures après l’arrivée des dernières 8 Heures de Suzuka dimanche, a fait parler de lui sans l’avoir voulu ni prononcé le moindre mot.

En cause, les propos d’Éric de Seynes, Directeur général de la firme Yamaha Motor Corporation, interrogé par la presse « Bien entendu, nous adorerions avoir Valentino (pour les 8 Heures de Suzuka.ndrl). Cela a déjà été discuté, pas forcément cette année, mais c’est un projet qui pourrait se faire un jour. S’agira-t-il de l’an prochaine ou de plus tard ? Nous ne le savons pas ». Une déclaration qui a enflammé la toile.

Pourtant, Rossi ne sera pas au départ de la 40ème édition des 8 Heures de Suzuka en 2017. Une telle affirmation peut paraître impétueuse, surtout à un an de l’événement, et il est bien sûr possible que je me trompe. Mais si nous sommes logiques et réalistes la chose n’est tout simplement pas possible, pas tant qu’il aura les moyens de devenir décuple champion du monde.

 

Un 10ème titre à gagner avant

En mars dernier, le Docteur a signé pour 2 saisons supplémentaires dans l’équipe officielle Yamaha. Il sera donc pilote MotoGP au moins jusqu’à fin 2018. Au vu de la forme et la vitesse affichées cette année par l’italien, vainqueur de 2 GP mais qui aurait pu en gagner 3 de plus sans ses mésaventures (Mugello, Assen et Sachsenring), il est fortement probable qu’il soit à nouveau candidat au titre de Champion du Monde en 2017.

Or, ultra-concentré sur son objectif de briguer une 10ème couronne, Rossi ne peut se rendre à Suzuka fin juillet. Les risques encourus sont bien trop grands, et Casey Stoner peut vous le rappeler : en 2015, il s’y est fracturé l’omoplate et le tibia. Que se serait-il passé si, parallèlement, l’australien roulait pour un titre MotoGP ? Cela aurait été une catastrophe. À bientôt 38 ans, Rossi avance ses derniers pions dans la partie d’échecs des Grands Prix. Il ne peut se permettre de laisser passer sa dernière chance pour une course d’Endurance, si prestigieuse soit-elle.

En outre, y participer ne requiert pas simplement d’arriver le dimanche, faire ses relais puis repartir. Il faut effectuer plusieurs voyages au Japon, disputer les essais de préparation, toutes les séances (libres, qualifications, tests nocturnes…), s’adapter rapidement à une machine inconnue ou presque, etc. L’effort en lui-même est également différent, on ne roule pas les 8 Heures comme on roule un GP. Tout cela et bien plus encore s’avère difficile à demander à quelqu’un qui pense, mange, dort, s’entraîne […] uniquement pour le titre MotoGP.

 

« Le risque de la blessure »

La rumeur voulant que Valentino ne se rende à Suzuka n’est pas nouvelle. Cela fait plusieurs années qu’elle se répète, mais le pilote Yamaha dément à chaque fois. En 2015, soit 14 ans après sa victoire, il déclarait : « Cela demande beaucoup d’efforts. Il faut aller deux ou trois fois au Japon et même la course est très difficile. Son coéquipier Jorge Lorenzo renchérissaitJe pense que pour le moment c’est assez risqué d’aller là-bas durant l’été, au milieu des vacances. Il y a la menace de se blesser et, à ce stade de nos carrières, c’est un petit peu risqué. »

Si c’était trop risqué en 2015, pourquoi cela ne le serait pas en 2017 ? La situation est similaire puisque l’italien est toujours devant. Il n’y a qu’à regarder les participants de ce type d’épreuves : y viennent rarement des pilotes qui se battent pour un Championnat du Monde. Rossi l’a fait en 2001 mais il était encore très jeune, et ultra-dominateur de son sujet en Grands Prix. Aujourd’hui, face à des hommes tels que Dovizioso, Iannone, Lorenzo, Marquez, Viñales […] qui auront tous la place de n°1 en tête l’an prochain, l’écart n’est pas permis. Ne comptez pas sur Valentino Rossi pour faire cette erreur, lui qui consacre déjà tout son temps et son énergie à ses ultimes objectifs en Grands Prix. 

En revanche, il est tout à fait possible que le Docteur ne revienne faire un tour aux 8 Heures de Suzuka dans l’avenir. S’il n’avait pas particulièrement pris de plaisir en 2001, où il admettait la difficulté de la course et tout ce qu’elle englobe, il a depuis exprimé son désir de retrouver la piste japonaise. Peut-être sera-t-il l’un des acteurs d’un éventuel triomphe Yamaha en 2019 ou 2020 ? L’Histoire serait belle, mais il y a d’abord un dernier sacre MotoGP à aller chercher. Chaque chose en son temps.

 

* Ce Qu’il Fallait Démontrer

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de