Les « 19h30 » de PHP : S'il n'en reste qu'un….



Whaou, vingt ans déjà ! GP Inside nous le rappelait hier, c’est sur le circuit de Zeltweg, théâtre du prochain Grand Prix de la saison, que Valentino Rossi signa la première grosse performance de sa carrière. Ce premier podium passa d’ailleurs presque inaperçu car le véritable exploit de ce Grand Prix d’Autriche 125 fut réalisé par son compatriote Ivan Goï qui devint à seize ans le plus jeune vainqueur d’un Grand Prix.

Pourtant à l’époque, le nom de Valentino Rossi circulait déjà dans le paddock. Carlo Pernat, le directeur sportif d’Aprilia, s’était empressé de lui renouveler son contrat avec la garantie de rouler dans le team d’usine dès la saison suivante: « Je l’avais repéré dans le Championnat d’Europe, se souvient Carlo Pernat. Un talent fou, une personnalité unique. J’ai tout de suite senti que j’avais mis la main sur un futur grand champion, un « fuori classe » comme on dit en Italie. Bien sûr, je n’imaginais pas à l’époque qu’il deviendrait l’immense champion qu’il est aujourd’hui, mais tout était déjà là.« 

En 1996, Valentino Rossi avait alors dix-sept ans et il fit souffler un vent de fraîcheur sur les Grand Prix qu’il considérait comme une grande cour de récréation. Sur la piste, c’était un démon qui n’hésitait pas à frotter le carénage avec ses adversaires, en particulier les pilotes japonais qui régnaient à l’époque sur la catégorie 125. Mais une fois la course terminée, toute cette joyeuse petite bande se retrouvait dans le paddock pour une franche partie de rigolade. Rossi admirait les pilotes japonais, Norick Abe était son idole, les frères Aoki ses grands copains. Il leur avait d’ailleurs rendu visite chez eux au Japon.

Vingt ans après, toute cette génération a disparu des circuits, il n’en reste qu’un, qui est devenu un monument du sport moto. Vingt ans au plus haut niveau, toujours au sommet, c’est vraiment impressionnant dans un sport aussi risqué et exigeant que la moto. Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, on ne peut dire qu’une chose, « Chapeau, Valentino! ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de