Alex Lowes, son parcours jusqu'à Tech3



Un nouveau visage fera son apparition sur la grille MotoGP ce week-end. Champion de Grande-Bretagne de Superbike et aujourd’hui pilote en WSBK, Alex Lowes étrennera son n°22 sur la M1 de l’équipe Tech3 en tant que wild-card à Silverstone. Petite présentation pour ceux qui ne le connaissent pas.

Alex Lowes est né à Lincoln en Angleterre le 14 septembre 1990. Frère jumeau de Sam, il débute la moto en 1996 mais se montre d’abord attiré par le Tout-Terrain. Il ne se tourne vers la vitesse qu’aux environs de ses 10 ans et démontre rapidement des aptitudes. Après s’être fait la main en JRA chez les minis, il termine 4ème de l’Aprilia Superteen Championship en 2003 alors qu’il en est le plus jeune participant.

Son passage en 125cc se fait en 2004, où il prend notamment part à des courses sur les championnats britanniques et allemands jusqu’en 2006. La même année, Alex fait ses débuts en Mondial dans la cylindrée grâce à un wild-card sur le circuit de Donington Park avec la structure Double Vision Racing. Qualifié 40ème sur 43 dans un plateau où figurent par exemple Alvaro Bautista, Bradley Smith, Esteve Rabat et autres Stefan Bradl, il ne rallie pas l’arrivée.

 

Arrivée chez les grosses cylindrées

Fidèle à Honda, il s’engage avec en Championnat de Grande-Bretagne Supersport 2007 en tant que cadet de la catégorie. Une expérience intéressante qui le voit terminer 2 fois dans le top-10. En 2008 le britannique s’aligne sur le Championnat d’Europe Superstock600 avec l’équipe Azione Corse. L’année où un certain Loris Baz décroche le titre, lui se classe 16ème avec 20 points au compteur — mais quels 20 points puisqu’ils sont marqués lors d’un podium obtenu à Donington.

Alexander Thomas (de son nom complet) effectue ensuite le saut en Coupe du Monde Superstock1000 avec MV Agusta UnionBike Gimotorsports mais les résultats ne sont pas là. À l’issue de la tournée, il n’a scoré que 8 unités et tente alors de rebondir avec Suzuki. Le team jette malheureusement l’éponge en début de saison et l’anglais, sans guidon, trouve refuge chez Yamaha Seton Interceptor en British Supersport. Bien qu’absent de 3 des 12 manches, il finit la saison 12ème avec notamment une 4ème place à Croft où il signe le meilleur tour en course. Plus haut dans le classement, son frère Sam décroche la couronne.

Parallèlement, Alex fait ses premières armes en British Superbike avec l’équipe Redline KTM au guidon de la 1190 RC8 : il dispute 4 manches et prend 1 point à Mallory Park. Il convient également d’ajouter à sa biographie une pige en World Supersport où il se qualifie 14ème mais abandonne et n’atteint donc pas le drapeau à damiers.

 

La révélation en BSB

La saison 2011 est l’une de ses plus mouvementées. Il la débute avec le Team WFR Honda en BSB (EVO) et va jusqu’à prendre une pole position à Thruxton. Il remplace ensuite Stuart Easton chez MSS Colchester Kawasaki mais l’aventure se passe mal et, entre chutes, blessures et contre-performances, il ne parvient pas à trouver ses marques sur la ZX-10R. Honda lui propose le remplacement de Jonathan Rea en Mondial Superbike pour Ten Kate, ce que le natif de Lincoln accepte : en 4 courses, il abandonne 3 fois et marque un point à Brno.

De retour en Championnat de Grande-Bretagne, il termine la saison chez Motorpoint Yamaha mais ne peut faire mieux que 7ème (contre 5ème à Croft avec Honda). Retourné chez WFR en 2012, il se révèle et va chercher la 4ème place de la compétition nationale avec notamment un double-succès à Silverstone. Il réalise par ailleurs 4 poles (dont 3 lors du Showdown) et 5 meilleurs tours.

En 2013, l’équipe Samsung Honda lui propose d’intégrer la structure. Sa saison est brillante et il devient Champion de Grande-Bretagne de Superbike pour 7 points devant Shane Byrne, s’imposant à 8 reprises à Oulton, Snetterton, Cadwell (x2), Donington (x2), Assen et Silverstone. Son objectif étant atteint, il peut désormais s’envoler vers le Championnat du Monde Superbike.

 

Premières saisons en Mondial SBK

Sa première année complète se déroule chez Suzuki Crescent où il fait équipe avec Eugene Laverty. En dépit de 2 podiums sur les pistes qui lui sont familières (Assen & Donington) il ne parvient pas à figurer dans le top-10 final. La firme d’Hamamatsu croit en lui et le conserve en 2015 mais les séries de chutes, son point faible, se poursuivent. S’il pointe 10ème au général en fin de saison, Lowes a marqué 4 unités de moins qu’en 2014 malgré 2 départs supplémentaires et un podium en Thaïlande.

La structure officielle Pata Yamaha le recrute pour 2016 et les résultats sont pour l’instant similaires : après 9 épreuves, il a exactement le même nombre de points qu’en 2015 à la même période. Il commet encore trop d’erreurs et a notamment connu un double-forfait à Donington. Récent vainqueur des 8 Heures de Suzuka avec Pol Espargaro et Katsuyuki Nakasuga, Alex Lowes s’apprête à faire ses grands débuts en Championnat du Monde MotoGP.

Lui qui disait avoir réalisé un rêve en essayant la M1 lors des derniers essais de Brno ne s’attendait sans doute pas à se voir confier un tel poste. De Honda à Yamaha en passant par KTM, Kawasaki, Suzuki et même MV Agusta, il a connu de nombreux constructeurs et participé à une foule de championnats différents, allant du British Supersport au Mondial Superbike après s’être notamment arrêté en 125cc, STK600, STK1000 ou encore BSB. À bientôt 26 ans, il effectuera les Grands Prix de Grande-Bretagne et de Saint-Marin dans le box d’Hervé Poncharal chez Monster Yamaha Tech3.

 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de