Les 19h30 de PHP : Plus dure sera la chute!



Solide leader du Championnat Moto2, Johann Zarco n’en demandait pas tant. Alex Rins, son actuel dauphin au classement, s’est fracturé la clavicule gauche la semaine dernière en chutant à l’entraînement.

Même si le professeur Mir qui a opéré le pilote espagnol à Barcelone, s’est montré rassurant quant à sa participation au prochain Grand Prix ce week-end à Silverstone, cette blessure tombe au plus mauvais moment pour Alex Rins.

L’Espagnol, comme tous les autres pilotes, va devoir s’appuyer un véritable parcours de combattant avec la bagatelle de trois Grand Prix en un mois, tout ça avec une épaule en vrac. Pas vraiment les meilleures conditions pour espérer disputer le titre mondial face à un Johann Zarco implacable, intraitable, en dépit d’un léger faux pas lors du dernier rendez-vous à Brno (11e à l’arrivée).

D’abord, Rins va devoir obtenir le feu vert des médecins pour s’aligner à Silverstone. Ensuite, il lui faudra impérativement éviter une nouvelle chute avec une blessure encore fraîche. Autant dire que l’Espagnol s’apprête à vivre un mois de septembre pour le moins difficile d’autant que il ne devra pas s’attendre au moindre cadeau de la part de Johann.

La blessure de Rins est autant physique que mentale car il a pu mesurer combien il était déjà compliqué de rivaliser avec le champion du monde Moto2 en titre en étant à 100% de ses moyens. Il va devoir serrer les dents pendant cet infernal mois de septembre.

Appelé à donner son sentiment sur la blessure de son rival dès son arrivée à Silverstone, Zarco s’en tiendra sans doute à un discours convenu, même si au fond de lui même cette blessure est une « bonne nouvelle ».

Blessure ou pas, il y a fort à parier que l’Avignonnais ne changera pas ses bonnes habitudes et appliquera la même stratégie qui lui a si bien réussi jusque là: essayer de faire la course en tête sans s’occuper de ses adversaires. C’est une force chez lui, cette confiance en soi.

Johann croit très fort en lui, en ses capacités, même s’il aime répéter qu’il n’a pas de talent et qu’il est plutôt un gros bosseur. Quand on est comme lui sur la route d’un deuxième titre mondial Moto2 d’affilée, qu’on s’est vu offrir l’an prochain un très bon guidon en MotoGP, c’est qu’on possède tout de même quelques qualités!

Stay tuned!

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de