#BritishGP, MotoGP, Course : Viñales entre dans l’histoire et valide les plans de Suzuki !



Avec une séance qualificative perturbée par la pluie, les cartes étaient totalement redistribuées par rapport à la hiérarchie établie lors des essais libres. C’est ainsi qu’avant de s’élancer, Valentino Rossi était celui des principaux prétendants au titre qui s’en sortait le mieux avec une seconde place derrière un certain Cal Crutchlow alors qu’on s’en souvient, il s’était qualifié de justesse pour la Q2.  

Marquez de son côté chutait et perdait l’occasion de se battre pour la pole. Il devait se contenter de la cinquième place. Mais c’était déjà nettement mieux que Lorenzo qui ne pouvait faire mieux que la neuvième position.

Toutefois, ceci c’était sur piste humide et les choses étaient sensiblement différentes au moment de s’élancer pour les 20 tours que comportait le douzième Grand Prix de la saison.

Alors qu’à l’extinction des feux, Rossi réussissait le hole shot devant Cal Crutchlow, c’est Viñales qui s’engouffrait dans un trou de souris pour prendre le meilleur sur les deux.

Malheureusement, dans le premier virage, Pol Espargaro et Loris Baz s’accrochaient et la Direction de course décidait de sortir le drapeau rouge.

En effet, outre les débris sur la piste, le français restait un moment inanimé sur la piste et provoquait des serrements de cœur dans tout le paddock.

Toutefois, les craintes étaient relativement vite apaisées puisque la Dorna diffusait des images du pilotes Avintia saluant le public alors qu’il entrait dans l’ambulance.

Le pire était donc évité et nous vous tiendrons bien entendu au courant de l’évolution de son état de santé.

Le public, les spectateurs et les principaux acteurs rassurés sur le sort de Loris Baz, les commissaires terminaient de nettoyer la piste et le temps de ranger pelles et balais, les pilotes venaient se remettre en place pour le second départ d’une course diminuée d’un tour.

Cette fois c’est Crutchlow qui prenait le meilleur départ devant Rossi et Viñales qui passait d’ailleurs Rossi dès le second virage.

Crutchlow en faisait de même à l’instar de Marquez alors que Lorenzo ne gagnait deux places à l’issue du premier tour.

Viñales comptait presqu’une seconde d’avance sur Marquez à l’issue du premier tour et confirmait ainsi ses propos du vendredi lorsqu’il déclarait qu’il pouvait rester avec les premiers.

Il doublait son avantage sur la seconde boucle alors que Marquez faisait bouchon devant Crutchlow, Rossi et Iannone et ne tardait d’ailleurs pas à se mettre définitivement hors d’atteinte avec un écart grimpant jusqu’à quatre secondes.

Lorenzo, en revanche, semblait ne pas être en mesure de revenir sur Pedrosa, alors sixième et se faisait même dépasser par Dovizioso au quatrième tour.

Dans le même tour Rossi réussissait à passer Crutchlow après s’y être repris à deux reprises. On notera que lors de sa première tentative, l’Italien passait à un doigt de la correctionnelle. Dans la foulée Rossi passait Marquez, qui était le seul avec un soft à l‘avant, et se lançait à la poursuite de Viñales qui à ce moment, comptait 2,3 secondes d’avance.

Derrière, Pedrosa passait Iannone et Lorenzo confirmait ses difficultés en voyant revenir Aleix Espargaro.

A 10 boucles de l’arrivée et alors que Rossi réalisait son moins bon chrono en course (ndlr, on apprendra que c’est à ce moment qu’il a commencé à fortement glisser de l’arrière), c’est Crutchlow qui en profitait pour venir chercher Marc Marquez alors que juste derrière, Iannone sixième, passait Pedrosa et se lançait à la poursuite de Marquez, ce qu’il faisait le tour suivant.

A neuf boucles du terme, Iannone passait Crutchlow pour le gain de la troisième place. Le pilote Ducati, le plus rapide sur la piste, revenait doucement sur Valentino Rossi et le mettait subitement sous pression et le passait mais Rossi répliquait directement et reprenait le gain de la seconde place.

La bagarre des pilotes en chasse profitait à Dovizioso qui recollait à Pedrosa à 8 boucles de l’arrivée.

Un tour plus tard, Iannone, profitant de la surpuissance de sa machine, repassait Rossi au bout de la ligne droite des stands et Marquez passait Crutchlow. Mais le britannique ne s’en laissait pas compter et repassait subitement devant avant d’en faire de même avec Rossi qui, à ce moment-là, chutait du podium.

A six boucles de la fin, Marquez touchait Rossi et le passait avant que l’Italien ne lui rende la monnaie de sa pièce.

Juste devant eux, Iannone alors second, chutait. La bagarre s’intensifiait et Marquez tirait une première fois tout droit sans toutefois perdre de temps.

L’explication entre les deux leaders du championnat du monde était aussi somptueuse qu’inutile puisque Crutchlow en profitait pour s’envoler et peut-être cueillir son second podium en deux courses.

Mais Marquez donnait tout et revenait progressivement sur le britannique et à trois boucles de l’arrivée, il le passait une première fois. Crutchlow répliquait et Marquez le passait une seconde fois avant qu’il ne réplique à nouveau.

Trop optimiste, Marquez touchait malencontreusement le genou de Crutchlow avec son aileron (dont Honda a obtenu la suppression en 2017) tirait tout droit et reprenait la piste derrière Pedrosa qu’il passait tout de même avant d’aborder le dernier tour.    

Les positions restaient figées et permettaient ainsi à Viñales de savourer sa première victoire en Grand Prix et d’offrir à Suzuki les joies de la victoire qu’Hamamatsu n’avait plus connu depuis 2007 et la victoire de Vermeulen au Mans.

Derrière lui c’est donc Crutchlow qui savoure un second podium d’affilée et Rossi qui savoure de reprendre trois points à Marquez même si, à ce rythme-là, le Championnat peut encore durer quelques mois.

Marquez et Rossi nous ont presqu’offert un remake de la Malaisie mais on se réjouira que l’histoire se soit mieux terminée. On soulignera tout de même que l’Italien semble avoir vaincu ses démons sur la piste britannique en disputant une bonne course sur le sec.

Pedrosa clôture à la cinquième place devant Dovizioso, Espargaro et Jorge Lorenzo qui réalise une bien mauvaise opération sur un circuit où, historiquement, il a souvent été très fort.

Avant de conclure, on voudrait citer une nouvelle fois Stefan Pierer, le CEO de KTM lorsqu’en début de semaine, dans une interview polémique, déclarait « Nous allons être compétitifs dans un temps relativement court. Ce que Suzuki a fait mérite le plus grand respect. Nous essayerons d’atteindre ce qu’ils ont réussi à obtenir ».

On se souviendra que la Dorna en avait beaucoup voulu aux japonais lorsqu’en dépit d’un accord, ils s’étaient temporairement retiré du Championnat.

Mais aujourd’hui, dans la tour de verre de la Dorna, ils ne doivent plus être nombreux à donner tort à Suzuki !

En une saison et demie, Hamamatsu a réussi ce que certains ne sont jamais parvenus à faire ! Respect, chapeau et vive les belles bleues !  

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de