#BritishGP, Valentino Rossi (race) : « La différence avec Sepang est qu'ici, nous avons tous les deux lutté pour aller vite »



Monté sur le 217ème podium de sa carrière à Silverstone, Valentino Rossi s’est battu « du premier au dernier virage » du Grand Prix de Grande-Bretagne 2016. Une course particulière que l’italien a ensuite raconté à la presse.

Parti depuis la première ligne pour la 8ème fois de la saison en 12 épreuves, le Docteur s’était dit plus à l’aise sous la pluie que sur le sec à Silverstone. Il n’a pourtant cessé de se battre aux avant-postes tout au long des 19 tours que comportait le Grand Prix, raccourci suite à l’accrochage entre Loris Baz et Pol Espargaro. De Crutchlow à Marquez en passant par Viñales et Iannone, Rossi a fait face à de coriaces adversaires et s’est montré satisfait de sa 3ème place à l’arrivée.

Plus que le résultat, c’est la manière qui importe pour l’italien : « Je suis surtout content de la bataille que nous avons eu et de comment j’ai lutté, explique-t-il. Après 8 tours j’ai commencé à glisser avec le pneu arrière et il m’était difficile de contrôler la moto. J’ai du me battre du premier au dernier virage pour ce podium, et ce fut difficile parce que nous n’avions pas beaucoup de grip. Il y avait Iannone, Cal, Marquez… Ce fut une belle bagarre, je me suis bien amusé. »

Son duel avec Marc Marquez, qu’il avait perdu avant que l’espagnol ne fasse une erreur sur un freinage, a animé ce 12ème GP de la saison. Beaucoup y ont trouvé des points communs avec celui de Sepang 2015 et n’ont pas manqué de le souligner. Valentino en sourit, mais répond que « la différence avec la Malaisie est qu’ici, nous avons tous les deux lutté pour aller vite ». Faisant ainsi référence au fait qu’il pense que l’an dernier, le pilote Honda ne s’était pas concentré sur comment être rapide mais comment lui faire perdre du temps.

 

Se calquer sur Lorenzo ?

Les pneumatiques étaient, comme souvent, l’une des clés de la course. Expérimenté, le héros de Tavullia se sentait mieux avec les pneus tendres mais a finalement choisi de chausser des durs : « Nous risquions de ne pas finir avec la gomme tendre alors j’ai décidé de monter un pneu dur. Je voulais l’essayer pendant le warm-up mais cela n’a pas été possible à cause des conditions. J’ai fait le tour de reconnaissance avec, et quand je suis arrivé sur la grille je me suis dis que c’était bon. Ce fut une décision importante, sans elle nous aurions pu terminer plus loin. »

Entre deux mots pour le vainqueur du jour, que la performance n’a pas surpris ( « Je le savais déjà. Quand les pilotes de ce niveau sont dans un grand jour, ils gagnent des courses. Félicitations à Suzuki et à Davide Brivio, j’ai beaucoup d’amis là-bas » ), Rossi est revenu sur sa situation au classement du Championnat du Monde : 50 longueurs le séparent encore de Marquez, il n’en a repris que 3. « Ce ne sont que très peu de points de repris, ça ne change qu’un tout petit peu les choses. Il est plus important d’avoir pris un peur d’air par rapport à Lorenzo. »

 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de