Le bilan des Français, à Jerez, avec Rémy Tissier



Avant d’ouvrir le chapitre Estoril et de refermer celui de Jerez, il nous restait un devoir à accomplir.

En effet, il s’imposait de tirer un bilan général des pilotes tricolores lors de ce week-end Andalou et pour ce faire, nous avons demandé à Rémy Tissier, le présentateur du MotoGP sur Eurosport, de s’y coller. Nous lui laissons la parole.

Rémy Tissier

« On a vu un beau Grand Prix d’Espagne, à Jerez et je tiens à tirer mon chapeau à Alexis Masbou qui, avec cette cinquième place finale, égale sa meilleure performance.

Alexis a besoin de ce genre de résultat puisqu’on connaît sa situation délicate et que ce n’est pas certain qu’il pourra continuer au-delà du Grand prix de France. C’est avec ce genre de performance qu’il pourra convaincre des éventuels sponsors.

Louis Rossi m’a également impressionné, même s’il a été malchanceux. Il est là, il se bat aux avant-postes et après ce que je j’ai vu lors des deux premiers Grands prix, je sais qu’il sera encore là à Estoril. Il réalise un début de saison solide et on peut maintenant compter sur lui.

Pour ce qui est d’Alan Techer, je ne vais pas encore trop m’étendre dessus car le jeune pilote français découvre la catégorie et ce n’est pas du tout facile. Malgré cela, il a tout de même déjà ramené ses premiers points et c’est encourageant.

Du côté de Mike Di Meglio, je me souviens qu’au Portugal, il avait failli perdre le titre lors des qualifications. Il avait trouvé un attardé devant lui et il s’était fracassé sur son réservoir. Je lui souhaite évidemment plus de chance cette fois !

Il a fait un bon début de course en Espagne et au bout du compte, il réalise un début de saison prometteur. Je veux encore attendre de voir comment il va se comporter à Estoril avant de dire qu’on a retrouvé le Mike Di Meglio du haut de l’affiche, mais c’est encourageant.

Il sait qu’il tire sa dernière cartouche et visiblement, il est en train de bien viser. C’est en tout cas tout le mal que je lui souhaite.

Le Français sur lequel j’aimerais m’étendre un peu plus, cette fois, c’est Johann Zarco. Il est débutant et quand on voit le niveau du plateau Moto2 et le nombre de champions du monde présents dans cette catégorie, ses performances forcent le respect. Douzième au Qatar, dixième à Jerez, il s’est aussi offert le luxe de passer le week-end aux commandes des sessions sous la pluie…chapeau !

On ne veut pas trop s’enflammer mais on est déjà presque certain que pour lui, il n’y aura pas de syndrome Arnaud Vincent ou Mike Di Meglio !

Jusqu’à présent, pas un Français n’a pu réussir dans deux catégories différentes. Sarron a bien marché en 250 mais il n’a jamais réussi en 500, Olivier Jacque non plus…Arnaud Vincent et Mike Di Meglio (même si lui peut encore nous réserver des surprises) ont été champion en  125 mais les résultats n’ont jamais suivis en 250 ou en Moto2.

Bref, il y a une sorte de malédiction que Johann Zarco est occupé à dépasser. Certes, on est encore loin du podium, mais on a pu se rendre compte que les possibilités de bien faire existent.

Johann est un travailleur acharné et son travail est déjà en train de porter ses fruits.

En début de saison, je n’aurais jamais pensé qu’il ferait aussi bien mais surtout aussi vite ! S’il marque encore des points au Portugal et même si ce sont les points de la treizième place, ce sera déjà très bien, mais s’il fait mieux que le top dix alors, sincèrement, je pense qu’il n’aura plus aucune limite.

En MotoGP, du côté tricolore, la question est surtout de savoir quand la malchance va enfin abandonner Randy de Puniet et j’espère que ce sera au Portugal !

On ne peut pas parler de cette catégorie sans parler de la qualification catastrophique de Valentino Rossi qui s’est retrouvé à 2,4 secondes de Nicky Hayden !

Il faut également souligner le travail de Cal Crutchlow. Le Britannique est la révélation de ce début de saison et ce qu’il réalise à l’heure actuelle, c’est énorme. Dans ces conditions-là, Bradley Smith, qui a signé un contrat avant les essais de Jerez et même Ben Spies, peuvent commencer à s’inquiéter.

Ben Spies, en ce moment,  est malheureusement un chapitre à lui seul. Lors de la prochaine course, on devrait savoir ce qui se passe avec l’Américain car c’est Christophe Guyot qui va commenter avec nous et on le sait, Spies est son pilote préféré, il parle beaucoup avec et je pense qu’on en saura plus sur le mal qui le frappe. Ça me paraitrait surréaliste qu’il n’y ait pas un souci physique derrière les contre-performances du pilote Yamaha ! Il ne peut pas avoir perdu ses capacités d’un coup! Ce n’est bien entendu qu’une supposition mais je ne peux pas croire que ce pilote se retrouve dernier, sur une machine qui tourne aussi bien, sans avoir un réel problème.

Ben Spies est un introverti et il n’est pas du genre à révéler qu’il souffre d’une chose ou l’autre alors j’espère sincèrement que nous en saurons plus ce week-end.

Dovizioso peut, lui aussi, se poser des questions. S’il termine de nouveau derrière Crutchlow au Portugal, respect pour le Britannique car l’Italien est tout sauf un client ! Vainqueur de Grand prix, troisième du championnat du monde en 2011, Dovizioso est loin d’être le premier venu.

Chez Tech3, c’est un peu le monde à l’envers avec un Italien introverti et un Anglais super détendu, blagueur, amusant…

On se retrouve donc dès vendredi, sur Eurosport, pour vivre ensemble et en direct ce troisième rendez-vous de la saison ».

Voilà donc l’analyse du clan des Français par Rémy Tissier.

Pour ce qui est de GP-Inside, nous pouvons d’ores et déjà vous annoncer quelques améliorations du site qui seront en place pour le Grand Prix de France avec, notamment, l’arrivée du modules classement mais aussi, une version web-mobile et une application…

Stay tuned !     

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de