Stoner et la RC213V, sans le chattering, sont-ils imbattables ? L'avis de Didier de Radiguès



Il y a deux ou trois jours, au détour d’une lecture sur l’excellent site motomatters, David Emmett ouvrait un débat intéressant.

En effet, il relevait les mots de Casey Stoner qui déclarait, après le Grand prix du Portugal, que gagner, nonobstant le chattering, lui donnait un gain supplémentaire de confiance.

Casey Stoner « Ça me donne beaucoup plus de confiance. C’est la vérité vous savez, avec le syndrome des loges et avec le problème de chattering, je me suis senti mal toute la semaine, et mon corps n’est pas aussi bien qu’il l’est en temps normal mais nous avons réussi à nous accrocher et à être nettement plus rapides que les autres en fin de course ».

Ce lundi, à Estoril, Honda aurait dû tester des solutions anti-chattering, mais, comme pour les autres écuries, les tests ont été reportés en raison des mauvaises conditions météoroligiques.

Même si Yamaha devait également tester un nouveau moteur et, dans une moindre mesure, si Ducati devait aussi juger quelques évolutions, nous nous sommes demandés si, au final, le report des tests n’était pas une bonne chose pour ces deux constructeurs, car si ces évolutions de la RC213V s’avèrent concluantes, on peut être en droit de se poser la question de savoir qui, sauf circonstances exceptionnelles, pourrait encore battre le binôme Stoner/Honda.

Nous avons donc posé la question à Didier de Radiguès.

« Le chattering est quelque chose de très très embêtant pour le pilote car, si c’est un phénomène pénalisant sur la moto, ça l’est aussi et surtout au niveau mental. C’est quelque chose que vous avez en tête et qui est très difficile à oublier.

Un des problèmes fondamentaux du dribble est que, lorsque vous arrivez à le gommer, vous le faites au détriment d’autre chose et donc, en terme de chrono, vous y gagnez, mais pas énormément.  

Il ne faut pas croire qu’une fois qu’elle en sera débarrassée, la Honda va devenir un missile. Le chattering arrive quand on a tellement de grip qu’une résonnance se produit et fait sauter la moto.

Alors, il est évident que si vous enlevez un peu de grip, il n’y a plus de dribble mais ça glisse beaucoup plus. Et puis, cerise sur le gâteau, il n’y a pas de solution miracle à ce problème.

Je pense que cette saison la Honda et la Yamaha se valent et que ça va rester ainsi jusqu’à la fin.

Chez Yamaha, on travaille sur le moteur mais, pour eux comme pour Honda, on gagnera peut-être un peu en puissance mais, au-delà de ça, il ne faut pas croire qu’un moteur miracle va sortir des ateliers.    

Ce sont deux motos à la configuration très différente. La Honda accélère mieux, la Yamaha passe mieux en courbe et ça s’est encore vérifié lors de ces trois premiers Grands Prix.

Je pense donc que les positions varieront d’un circuit à l’autre et qu’on devrait encore avoir de belles courses »

Il faut dire qu’à l’heure actuelle, Stoner impressionne et déjà la saison dernière, on se disait qu’il ne pourrait pas aligner 18 courses sur le même mode et pourtant…

L’Australien, qu’on l’aime, ou qu’on ne l’aime pas, est impressionnant de régularité.

En conclusion, quand on repense à son passage chez Ducati une réflexion nous vient à l’esprit.

Les anti-Rossi et pro Ducati prennent pour argument, contre le pilote italien, que Stoner, lui, lorsqu’il était pilote à Borgo Panigale, a su faire marcher cette moto et qu’il a même offert au constructeur italien, un titre de champion du monde.

Notre avis sur la question est qu’il faut certainement poser le problème en sens inverse et selon-nous,  la question fondamentale n’est pas de se demander combien de titres Stoner a perdu pour Ducati, mais bien de se demander combien de titres la Ducati lui a fait perdre.

Qu’en pensez-vous?

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook    

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de