#AragonGP : Lorenzo persiste !



Si Aragon avait d’abord été un domaine Honda, en deux saisons Jorge Lorenzo a démontré que le Motorland pouvait aussi être le terrain de chasse des Yamaha puisqu’il s’y est imposé pendant deux années consécutives.

C’est donc avec la ferme volonté de retrouver les joies du podium et même celle de la victoire que le majorquin s’élancera dans ce weekend espagnol.    

« J’ai été un peu déçu de la dernière course parce que j’espérais me battre pour la victoire. Maintenant nous sommes sur une piste qui à l’origine ne réussissait pas aux Yamaha mais où nous nous en sommes très bien sortis ces dernières années. C’est une piste très fluide, avec des virages très variés et un tracé que nous pouvons maîtriser avec notre châssis. J’ai hâte de me battre sur mes terres et j’essaierai de renouer avec la victoire. » 

Voilà donc pour le sportif. Mais quand vous invitez Lorenzo, Marquez et Rossi dans une conférence de presse, ce n’est jamais entièrement pour le sportif puisqu’un torchon ou l’autre brûle toujours entre les trois hommes.

Et cette fois, le torchon c’est entre Rossi et Lorenzo qu’il brûle puisqu’à Misano, le second cité estimait que le premier l’avait dépassé trop agressivement et que ce même premier lui rigolait au nez.

Après le tollé général provoqué par une réaction jugée excessive par l’ensemble de ses pairs et de la presse, on pouvait s’attendre à ce que Lorenzo n’insiste pas, voire qu’il fasse u mea culpa mais il n’en est rien ! Le pilote Yamaha a la tête dure et il en a même remis une couche… 

« Après les accusations de Sepang, concrètement il n’y a pas de relation entre moi et Rossi. Je ne sais pas ce qui se passera dans le futur, Marquez a fait ce qu’il estimait devoir faire et j’en ai fait de même. J’ai toujours eu coéquipiers et j’ai toujours fait mon travail, indépendamment de notre relation. Ça ne change rien, nous sommes ici pour gagner et tout le reste est secondaire.

Pour ce qui est du dépassement, en selle, j’avais juste remarqué qu’il était à 10 cm de moi et que si je n’avais pas relevé la moto, je serais tombé. Sur les images il est clair qu’en plus il n’avait pas une trajectoire normale, que ce soit au freinage ou au milieu du virage. Chacun à son propre avis et il faut le respecter, ça ne m’a pas plu de le voir rire lorsque j’ai donné le mien. Cela dit, je ne veux pas cette histoire aille plus loin que là ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de