18 millions de $/an d’Arabie Saoudite pour l’équipe VR46



Le Prince Abdelaziz ben Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud a révélé le montant de l’enveloppe attribuée à l’équipe VR46 engagée en MotoGP : 18 millions de dollars par an. Mais ce n’est qu’une petite de ce qui va être investi dans les projets liés aux sports mécaniques, où Valentino Rossi aura un rôle à jouer.

L’Aramco Racing Team VR46 est sur les rails. L’équipe de Valentino Rossi disputera sa première saison de MotoGP en 2022, sous la houlette de la holding saoudienne Tanal Entertainment Sport & Media. Les pilotes, dont l’identité doit être prochainement dévoilée, seront équipés de deux Ducati Desmosedici, vraisemblablement une GP22 et une GP21.

Une conférence de presse livrant plus de détails aura lieu la semaine prochaine, mais quelques éléments viennent déjà d’être donnés par le Prince Abdelaziz ben Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud, qui s’est adressé à la presse ce jeudi via une visioconférence.

L’événement avait notamment pour but de chasser les doutes qui planent autour du dossier. « Le contrat est signé et nous enverrons la somme intégrale pour le couvrir la semaine prochaine », a-t-il promis. Un contrat dont il a même donné la somme : environ 18 millions de dollars par an, ce qui fait un peu plus de 15 millions d’euros à la saison pour l’équipe VR46.

Cette somme ne concerne que la partie MotoGP, mais d’autres investissements vont être menés. On parle là de la construction d’un parc thématique sur les moteurs lié à la VR46 (300 millions de dollars), ou encore de celle d’une usine de fabrication de motos et autos (200 millions de dollars). D’autres fronts vont être ouverts, notamment celui pour l’organisation d’un Grand Prix moto d’Arabie Saoudite. Des projets qui rentrent dans le cadre du plan de développement Vision 2030, qui vise à la diversification de l’économie saoudienne.

Depuis l’annonce de la création de l’Aramco Racing Team VR46, la compagnie d’hydrocarbures Saudi Aramco ne cesse de répéter qu’elle n’a rien à voir avec le projet. Le Prince a une explication :

« Nous avons un accord avec Valentino et la VR46, mais des problèmes sont apparus parce que nous l’avons annoncé trop tôt. Dans la loi, ces projets doivent d’abord être annoncés au niveau national, et ensuite à l’international. Nous sommes en train de finaliser les derniers détails avec les ministères impliqués, ceux du Sport, des Finances, des Finances Internationales et des Médias. Le mercredi de la semaine prochaine se tiendra une conférence officielle du gouvernement où nous donnerons tous les détails. »

Les choses s’accélèrent, à l’approche de la saison 2022 et alors que Valentino Rossi vient d’annoncer la fin de sa carrière en MotoGP. Il ne pilotera donc pas la Ducati VR46, contrairement au souhait exprimé par le prince. Qui espère quand même le voir porter ses couleurs ailleurs. « Tout le monde veut que Valentino se maintienne au sommet, mais nous ne pouvons pas lui mettre la pression pour qu’il le fasse. J’arais aimé qu’il continu en MotoGP, mais il pourr aparticiper à d’autres courses en automobile, en Europe et en Arabie Saoudite. »

Le futur de Rossi s’écrit en voiture

Vous aimez GP-Inside ? Aidez-nous à survivre et continuer à vous raconter l’actu MotoGP de manière sérieuse, professionnelle et efficace ! Abonnez-vous pour seulement 24,99€/an et profitez des avantages Premium, à savoir l’accès à l’intégralité du contenu, des cadeaux à chaque GP, un média 100 % sans pub et qui renforce son indépendance grâce à vous ! Devenir Premium

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
l
1 mois il y a

« J’arais aimé qu’il continu en MotoGP, mais il pourr aparticiper à d’autres courses »
=>Avec l’accent arabe !