Les 19h30 de PHP : Vive la télé !



L’autre jour, j’ai suivi avec attention le retour du Bol d’Or au Castellet, un circuit sur lequel j’avais assisté en 1994 à l’émouvant triomphe des frères Sarron, associés au regretté pilote japonais Nagai.

A l’occasion de cette 80e édition, la chaîne L’Equipe nous a assuré un direct pratiquement intégral de l’épreuve, un régal pour les amateurs de compétition moto. Et ce fut pour moi un réel plaisir de retrouver aux commentaires Eric Célis et son consultant William Costes, avec lesquels j’ai partagé quelques joyeux moments à la grande époque d’Olivier Jacque.

Tenir 24 heures micro en main est une sacrée performance et les deux compères ont su parfaitement relever le défi. Comme quoi, on n’a pas besoin d’être nombreux pour faire vivre une course à la télé.

On ne peut pas en dire autant de l’armada de la chaîne payante qui sévit sur les Grands Prix. Dans cette équipe, c’est le règne de la zizanie, des mésententes et des coups bas.

Et cette ambiance délétère se ressent bien évidemment à l’antenne, surtout sur la MotoGP, censée être la tête de gondole de l’événement télévisé.

Coté gondolier, on est servi ! Un autoproclamé présentateur vedette bouffi de prétention y sévit, jamais avare de vannes bien lourdes et d’allusions bien graveleuses. Et le peu d’infos qu’il laisse filtrer à l’antenne, il les a tout simplement piquées aux autres !

Sa cabine TV est tapissée d’articles de presse surlignés au Stabilo qu’il s’approprie généreusement au micro. C’est bien connu, ces gens-là, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ! Et la déontologie, il s’assoit dessus avec son imposant séant.

Pas étonnant dans ces conditions que les audiences ne soient pas au rendez-vous. Car les téléspectateurs eux ne s’y trompent pas.

En une seule retransmission, celle du Grand Prix de France en mai dernier, France Télévisions a réuni presque autant de spectateurs que pour la saison entière sur la chaîne concurrente, c’est dire !

On se demande ce qui pousse encore les responsables de cette chaîne payante à dépenser un tel pognon pour maintenir la tête hors de l’eau à pareille imposture, sans doute n’ont-ils pas encore eu l’occasion de regarder cet affligeant spectacle.

On leur suggère d’écouter plutôt le duo Célis – Costes lors d’un prochain rendez-vous d’Endurance. Eux au moins sont vraiment compétents !   

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires