Ago : « La moto fatiguée de voir Rossi ? Ne me faites pas rire ! »



Pour réussir une grande carrière en MotoGP, on dit souvent qu’en plus du talent, il faut un égo surdimensionné et il est clair que parmi les grands de l’histoire de notre sport, Giacomo Agostini n’a jamais manqué ni de l’un ni de l’autre.

Lors de sa retraite, la catégorie reine a dû apprendre à se passer de lui et cela n’a pas été évident. Dans une interview accordée à Guerin Sport, le pilote de Brescia a indiqué que le phénomène se répèterait lors de l’annonce du retrait de la compétition de Valentino Rossi.

Redoutée par les organisateurs, la retraite de l’icône moderne de ce sport risque encore de se faire plus sentir en raison de la surmédiatisation du Championnat dont le succès lui est, en partie du moins, imputable.

Pourtant, avec l’absence de titre, des succès qui se font plus rares et un Sepang gate qui n’a fait de bien à personne, certaines voix ont commencé à s’élever pour dénoncer e trop plein de VR46…Ago se marre !  

« 80% des fans qui remplissaient Misano, pour qui croyez-vous qu’ils étaient là ? Pour Rossi. Certains disent que la moto est fatiguée de lui ? Mais ne me faites pas rire, s’il vous plaît ! Je veux voir le motocyclisme le jour où, malheureusement, Vale décidera d’arrêter les courses. Je suis certain que les géants qui investissent des milliards dans le championnat du monde y verrons moins d’intérêt parce qu’il y aura moins de fans ?

Le jour où Rossi décidera d’arrêter, nous devrons nous préparer à un moment où nous ne saurons pas comment remplacer une figure aussi imposante. C’est arrivé quand j’ai arrêté et cela se répètera quand cela sera à son tour. Valentino ne se remplacera pas si facilement parce qu’en vérité, avouons-le, il n’y a pas un pilote italien qui dispose de quelque chose qui ressemble à son talent.

De mon temps Rossi aurait été un grand en mesure de rivaliser avec les grands de l’époque. Avec moi, Hailwood, Kenny Roberts, Barry Sheene, Phil Read. Avouons-le, on se serait amusé, il aurait ajouté au spectacle. Mais ne me demandez pas qui aurait gagné parce que je vous répondrai Agostini. Je n’aurais pas réussi ce que j’ai réussi si je n’avais pas cette mentalité-là…Mon podium idéal de tous les temps : les plus titrés : Moi, Hailwood et Rossi ».

Ago en toute humilité ! Mis que voulez-vous, on a bien dit que pour réussir, il fallait un égo surdimensionné…et ça ne s’efface pas avec l’âge !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires