#AustralianGP, Valentino Rossi (course) : « Je me suis vraiment amusé ! »



Valentino Rossi est l’un des bénéficiaires du Grand Prix d’Australie. Parti 15ème à Phillip Island, il y termine second et reprend de précieux points à Jorge Lorenzo. La star des paddocks est revenue sur son week-end au micro GPOne. Extraits. 

Pour le Docteur, tout s’est joué à l’apparition des premières lueurs du jour. « Ce matin la météo et le warm-up m’ont donné motivation et sérénité. J’avais un bon rythme et je me sentais bien sur la moto (il termine second de la matinée, N.D.R.L.). Je n’ai fait aucun changement avant la course. J’ai pris le départ avec les réglages des essais, et j’ai été en mesure d’être rapide là où il le fallait. Tout était sous contrôle. »

Le 15ème rang de la grille n’était pas le plus idéal, mais Rossi y croyait malgré tout. « Je savais que c’était possible, tout comme je savais que les plus durs à battre seraient Marquez et Crutchlow. Lors des premiers tours je suis resté concentré, essayant de progresser étape par étape ». Virage après virage, il s’est défait du peloton pour finalement s’installer sur le podium. Quand on lui demande de la commenter, il répond simplement qu’il s’est « vraiment amusé ! » et qu’il veut « revoir ça à la télé. »

« Pour Marco Simoncelli »

Tombé au Twin Ring Motegi et en difficulté à Phillip Island, l’italien avait à coeur d’inverser la tendance. Comme à son habitude, c’est lorqu’il s’est avéré être au plus mal qu’il a forcé la roue à tourner. « Je restais sur cette chute au Japon, puis vendredi ils m’ont retiré mes chronos et j’étais dernier. Ensuite, hier fut le plus mauvais jour de la saison. C’était important de faire une bonne course ». Et d’ajouter qu’un autre enjeu occupait son esprit : « Aujourd’hui, cela fait 5 ans que Simoncelli nous a quitté : ce podium est pour lui et sa famille. Je pense que c’est une bonne manière d’avoir une pensée pour lui. »


Un moment à moins de 2 secondes de Cal Crutchlow, Valentino a un temps pensé pouvoir le rattraper. Il ne peut finalement que le complimenter : « Je dois juste le féliciter : il était très rapide. J’étais incapable de le suivre. […] Même si j’étais parti depuis la deuxième ligne, je n’aurais pas pu le battre ». Et d’ajouter, concernant son rythme : « J’ai souffert en dernière partie de course, ça m’est souvent arrivé en cette 2ème moitié de saison. J’étais en difficulté avec l’arrière, comme à Misano, en Aragon et à Silverstone. Si je n’avais pas été aussi bon dans les premiers tours, Viñales aurait pu me rattraper. C’est quelque chose qu’il faut travailler pour la nouvelle moto. »

Viñales, justement, a décroché son 4ème podium en MotoGP – le second consécutif. Deux courses lui restent à disputer avec Suzuki, avant qu’il ne rejoigne le box Movistar Yamaha aux côtés du Docteur. Le mot de la fin sera pour lui : « Ce n’est pas aujourd’hui que je découvre à quel point il est talentueux, confie le nonuple champion du monde. Je suis habitué avec Lorenzo, qui est rapide dans toutes les conditions : il est l’un des meileurs. J’espère que Maverick le sera un petit peu moins ! (rires) »

 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires