#MalaysianGP, Marquez : « mon choix du carbone était le meilleur »



Après un début de course prudent à la sixième position, Marc Marquez passait à la vitesse supérieure une fois que Cal Crutchlow le doublait.

D’abord coincé derrière le britannique, il finissait par le passer et il se lançait aussitôt à la poursuite des pilotes Ducati et de Valentino Rossi.

Equipé de ses freins en carbone, un choix étonnant sous la pluie, l’Espagnol freinait fort et compensait ainsi le manque de traction de sa machine.

Malheureusement pour lui, à huit tours de l’arrivée, le nouveau Champion du monde commettait une infime erreur mais qui lui coutait cher puisqu’il perdait l’avant et terminait dans le bac à gravier.

Toutefois, même s’il ne pouvait plus rêver au podium, il reprenait sa machine et remontait jusqu’à la onzième position.   

« On peut toujours retrouver ce type de conditions ici en Malaisie. Certes, la chute d’aujourd’hui est complètement différente de celle de Phillip Island. Dès le début j’ai essayé d’être prudent, mais je perdais trop sur la ligne droite par rapport au groupe de tête « .

Plus tard, j’ai réussi à trouver un bon rythme, accrochant le groupe de tête. Malheureusement, sur la fin, j’ai commis une petite erreur. Pour être honnête, je n’ai rien remarqué d’étrange, puisque je suivais la même trajectoire. J’ai peut-être ouvert les gaz trop tôt, j’ai perdu l’avant et je suis tombé.

La seule chose à laquelle j’ai pensé après la chute a été de remonter sur la moto et j’ai terminé la course pour mon équipe.

J’ai choisi les freins en carbone car j’hésitais quant au choix à faire vu que je ne les avais jamais utilisés auparavant dans ces conditions. En cas de forte pluie j’aurais commencé avec les freins standard mais la piste n’a jamais été fortement inondée. Avant la course, j’ai dit à Santi Hernandez que je partirais avec les disques de carbone, vu que le dernier mot me revient.

Au début, ils représentaient une limite, cependant, je reste convaincu que c’était la meilleure décision, parce qu’ils me permettaient de gagner beaucoup au freinage et je pouvais me permettre de pousser. Si je ne les avais pas utilisés, je n’aurais pas été aussi compétitif.

Sans la chute j’aurais terminé deuxième ou troisième, à coup sûr sur le podium, mais je suis tombé. Heureusement, le championnat était déjà terminé ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires