Sepang : Iannone au centre d’un projet, au centre des craintes…au sommet de la feuille !



Si on se rapporte aux chronos d’hier avec le meilleur temps du retraité de luxe, Casey Stoner et celui juste un peu moins bon d’Andrea Dovizioso, il peut sembler compliqué de penser que la décision d’Andrea Iannone de quitter Ducat était la bonne.

Pourtant, en choisissant de fuir Lorenzo et donc de fuir le statut de numéro deux en s’engageant avec Suzuki, l’Italien s’est offert le privilège de débarquer dans une écurie où il est l’incontestable numéro un et qui plus est, où la moto n’a pas à pâlir face à la concurrence.

De plus, en débarquant chez Suzuki, il ne faisait pas un saut dans l’inconnu puisque le team manager d’Hamamatsu n’est autre que Davide Brivio qu’il connaît extrêmement bien pour avoir traîné quelques années dans le giron du clan Rossi.

Iannone a donc peut-être bien effectué le bon choix et ses résultats d’aujourd’hui tendent à le démontrer puisque c’est lui qui, en fin de journée, arrachait le meilleur temps devant Maverick Viñales, son prédécesseur au guidon de la GSX-RR.

Assurément, Iannone pourrait bien être un des gros clients de la saison 2017 !     

« La Suzuki me plaît à tous les niveaux et surtout au niveau du châssis. Quelques éléments peuvent être améliorés et il y a beaucoup de marge pour ces améliorations. Pendant l’hiver, un gros travail de développement a été effectué et maintenant nous devons continuer sur cette voie. La moto convient à mon style et nous pouvons rester au top.

Demain, nous avons prévu d’effectuer de longs runs, mais la priorité reste d’adapter la moto à mon style.

Une des difficultés de la Suzuki est de maintenir les pneus sur la durée de la course. Les ingénieurs y travaillent mais cela n’est pas si simple, cependant, nous avons toutes les possibilités pour résoudre ce problème. A mes côtés, il y a beaucoup de gens qui se sont investis bien plus que ce que je croyais. A la Suzuki il suffit juste d’un petit changement pour être plus compétitive.

Du point de vue du moteur, j’ai constaté de bonnes vitesses, que ce soit dans les lignes droites ou dans les virages. En ce moment, le moteur est le dernier des problèmes. Évidemment, je ne connais pas encore la Suzuki à 100%, mais je peux déjà réussir des choses auxquelles je n’étais pas habitué. Maintenant, la limite est beaucoup plus loin par rapport à la Ducati, en particulier grâce au châssis.

Je ne pensais pas avoir deux motos. Plus qu’hier, aujourd’hui j’ai pu mener quelques comparaisons. Nous avons effectués quelques ajustements au set-up qui ont apporté de grands changements. Toutefois il y a un aspect que nous devons encore améliorer mais vous n’avez pas besoin de savoir lequel. »

Au centre d’un projet, au centre des craintes…au sommet de la feuille des temps !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de