La colonne à Jicé…La pizza est plus connue que la paella



Chaque début de saison, la question se pose: comment vivra le MotoGP le jour où Sa Majesté VR46, alias Valentino Rossi, décidera de mettre un terme à sa carrière? Marc Marquez peut-il occuper le rôle tenu depuis vingt ans par Rossi? Oui en terme de palmarès, jamais au niveau de la popularité planétaire.

Le «New York Times» a délégué un grand reporter à Cervera, en janvier dernier. Un média nord-américain de cette importance qui vient visiter un champion du monde MotoGP, l’événement a été bien sûr salué par tout l’appareil médiatique généré par Repsol, pour le plus grand plaisir de Dorna.

Raphael Minder, l’envoyé spécial du grand quotidien, a été particulièrement étonné de découvrir qu’un pilote «qui défie les lois de la gravité, était toujours obligé d’obéir à sa maman.» Comment en est-il arrivé à cette constatation? Simple, Marc et Alex Marquez revenaient tout juste de la piscine municipale et avaient oublié de sortir leurs linges mouillés pour les sécher. Et de citer Roser Alentà Marquez, la maman: «Ils peuvent être champions du monde, mais ce sont toujours mes gamins. Et c’est ainsi que les choses doivent se passer à la maison…»

Un peu plus loin, dans le reportage, Marc Marquez précise: «Je comprends que d’autres de mes collègues apprécient de passer l’hiver dans des endroits comme les Maldives; personnellement, je préfère rester à Cervera. C’est là que je suis toujours resté, c’est ici que je veux être.»

On a droit bien sûr à toute l’histoire du clan Marquez, les premières motos à l’âge de 4 ans, le cross, la prise de risques, le culot, les victoires, les principaux duels. Bref, un formidable hymne à la gloire des GP, «cette discipline qui est si populaire en Europe, qu’elle attire parfois jusqu’à 200’000 spectateurs», découvre avec étonnement le quotidien new-yorkais.

Reste «la» question: Marc Marquez occupera-t-il un jour le rôle planétaire, fondamental pour le succès du «produit MotoGP», tenu par Valentino Rossi? Notre réponse est non. Parce que jamais un sportif espagnol sera aussi populaire qu’un italien. Et savez-vous pourquoi? Simple, la pizza et la pasta sont des mets nettement plus globaux que la paella. Question culturelle, en fait…

Stay tuned!

Rejoignez-nous sur Facebook     

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de