La colonne à Jicé : Mots et faits à décrypter



Lorsqu’un maître queux a rassemblé les meilleurs produits, il doit encore réussir les dosages et les gestes justes pour créer un plat inoubliable. A un mois du début du championnat 2017, les ingrédients sont là, appétissants, prometteurs d’un printemps, d’un été, puis d’un automne historiques. Reste à faire mijoter tout cela…

Les achats sont terminés, les ingrédients sont sur la table. Le début de la préparation a été bonne, prometteuse de grandes saveurs. Maintenant, c’est au temps de travailler, celui qui passe trop lentement pour beaucoup d’entre nous, si pressés de passer à table.

Dans deux semaines, ce sera Doha, la répétition générale en MotoGP. Le moment, raconte-t-on dans les chaumières, où l’on pourrait découvrir la réponse Ducati à la nouvelle règlementation en matière d’aérodynamique. Et la suite du développement des mêmes éléments chez Suzuki, Aprilia et Honda.

En attendant, pour que la sauce ne refroidisse pas, on découvre ci et là quelques infos et quelques phrases intéressantes, qu’il est bon de passer au décrypteur, à défaut de pouvoir utiliser un détecteur de mensonges.

Première info, de taille: demain et samedi, Marc Marquez et Dani Pedrosa rouleront à Jerez de la Frontera, utilisant d’ores et déjà deux des cinq jours de tests autorisés aux équipes – hors les essais officiels communs, comme ceux de Sepang, Phillip Island, puis de Doha – avant même le premier GP. Que se cache-t-il derrière cette décision, quand bien même les Honda – spécialement Marc Marquez – ont été les principales contradictrices du binôme Viñales-Yamaha M1 en Australie? Officiellement, le HRC aurait décidé d’ajouter ces deux jours de travail à son agenda pour accumuler les informations avec le nouveau moteur, dans la mesure où il ne sera plus possible de modifier le type de moteur utilisé – big bang ou non, là serait toute la question – après le premier GP et ce jusqu’à la fin de la saison. Telle est la version officielle, donc pas nécessairement exacte. Personnellement, si j’avais du temps et un puissant téléobjectif, je me demande si ce ne serait pas intelligent d’aller planquer dans les bosquets et de tenter de découvrir les ailettes (ou plus?) qui se cachent sous le carénage de la RC213V.

Passons aux petits mots. Les plus croustillants du début de semaine sortent de la bouche de Maverick Viñales. Et pour cause, il est l’homme dont tout le monde parle. Qu’a-t-il dit, le nouvel équipier de Sa Majesté Valentino Unique? «La M1 est une moto qui gagne. Elle a d’ailleurs gagné l’ultime course de la saison dernière à Valencia, avec Jorge. Mon truc? Simple, j’utilise les mêmes réglages que Lorenzo, j’essaie d’accumuler le plus de tours possibles en donnant le maximum. Bref, j’essaie de le copier. Jorge était extrêmement rapide avec la Yamaha et j’essaie juste de l’approcher», a-t-il confié à des confrères italiens.

S’il est certain que Ramon Forcada, qui n’a pas suivi Lorenzo chez Ducati, est un garçon ordré qui a gardé toutes ses petites notes du passé récent, il l’est tout autant que ces quelques phrases lancées… en Italie, ont aussi pour but d’envoyer un nouveau message à Valentino Rossi: «Je l’ai dit dès mes premiers tests en novembre dernier, je ne suis pas le deuxième pilote Yamaha. Je suis ici pour gagner», rappelle Viñales.

On vous le dit et le répète: le copieux menu 2017 mijote parfaitement. Et les premières senteurs qui émanent de lui sont jouissives!

Stay tuned!

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de