#QatarGP : Rossi, Lorenzo, Marquez, Dovizioso…et maintenant ?



Hier, le toit du monde a tremblé pour les pilotes de la catégorie MotoGP car si beaucoup savaient que Maverick Viñales n’allait pas débarquer chez Yamaha pour y jouer un simple rôle de faire-valoir, peu en revanche se doutait qu’il allait dominer à ce point ce début d’année.

Pire encore, hier, pour la première séance d’essais libres de l’année, c’est une véritable gifle que le gamin leur a assénée.

596 millièmes pour Marquez, 894 pour Pedrosa, 1,291 pour Lorenzo, 1,483 pour Rossi ou bien encore 1,557 pour Dovizioso !

Certains répliqueront que ce n’était que la première session et ils auront entièrement raison, mais à cela, on ajoutera que Valence n’était que le premier test, que Sepang n’était que le premier de 2017, que Philip Island est un circuit particulier et que le test de Losail n’était finalement qu’un test.

Le constat à quelques heures de la seconde séance, est que derrière l’espagnol, on ne se demande pas comment faire pour le battre mais bien comment faire pour s’en approcher.

D’ailleurs hier, à sa descente de moto, lorsqu’on demandait s’il pourrait revenir sur Viñales, il répondait : « pour être honnête, je voudrais d’abord rattraper ceux qui se trouvent entre lui et moi ».

Pour l’Italien, à l’heure actuelle l’écart est énorme mais ce n’est pas cela qui l’inquiète le plus « je ne suis pas aussi tracassé par le tour rapide que je le suis pour le rythme de course : je dois gagner une demi seconde pour rejoindre le groupe derrière Maverick. Il roule très très bien, non seulement sur le tour rapide mais également sur le rythme. C’est lui qui interprète le mieux la Yamaha ».

Le son de cloche n’est d’ailleurs pas tellement différent chez Marc Marquez même si au final, c’est lui qui s’en sort le mieux. Le pilote Resol Honda sait qu’en l’état il ne peut pas battre Viñales et que pour espérer le faire, il aura besoin « […] d’accomplir, un voire deux pas en avant ».

Sa situation lui permettait toutefois de terminer sur une note positive : « nous sommes conscients que nous pouvons nous améliorer. Nous avons été plus rapides qu’au test et cela me rend confiant ».

Hier, le pilote Yamaha aura été un des seuls à savoir reproduire les résultats des tests disputés il y a deux semaines sur ce même circuit de Losail. Pourtant, comme le soulignait Jorge Lorenzo, la piste était en bien plus mauvais état que lors de leur dernière visite sur le circuit qatari.

L’espagnol s’adapte donc facilement aux conditions qui s’imposent à lui et ce n’est pas sans rappeler un certain Lorenzo qui, jusque il y a quelques mois, avait, lui aussi, Ramon Forcada comme chef mécanicien. Faut-il y voir un mérite particulier de l’ingénieur espagnol ou une simple coïncidence ? Toujours est-il qu’avant d’aborder la seconde journée, Jorge Lorenzo sait qui sera le pilote à ne pas perdre de vue.

« Mon résultat n’est pas mauvais, bien que je sois un peu trop loin de Viñales. Maverick a roulé très vite, il a tourné comme lors des tests mais sur une piste en plus mauvais état. »

Enfin, le mot le plus explicite revient certainement à Andrea Dovizioso, onzième hier :« je dirais que Maverick a été terrifiant même si je n’ai pas essayé les pneus tendres et que je ne peux pas être sûr du feeling qu’ils donnent. Mais cela n’a aucun sens de faire des pronostics en ce moment car ici, les conditions de piste changent tous les jours et avec elles les forces en présence »

Alors à cinq sessions du premier Grand Prix de la saison, Maverick Viñales n’a certainement pas course gagnée mais pour l’en empêcher, un réveil des forces en présence sera certainement nécessaire !

Stay tuned!

Rejoignez-nous sur Facebook

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store