#ArgentinaGP, Rossi : « souffrir le moins possible »



Après une présaison pas vraiment enthousiasmante et un volte-face dont il a le secret en course à Losail, Valentino Rossi aborde désormais le Grand Prix d’Argentine avec la volonté de confirmer sa présence parmi les prétendants au titre.

Pour cela, il sera important de ne pas perdre de gros points face à des adversaires comme Marquez ais aussi et surtout Maverick Viñales qui, comme il le déclarait en conférence de presse, a su s’adapter plus vite à la nouvelle M1.

Quoi qu’il en soit, un nouveau weekend de course s’annonce avec, au programme, de la belle bagarre et cela, on adhère.  

« Je sais que Michelin a amené un pneu avant avec une ancienne carcasse, plus rigide. Quand je leur ai parlé de mes problèmes avec le nouveau pneu, ils m’avaient dit que j’étais le seul à les rencontrer, peut-être que cela n’était pas le cas… Mais cela sera intéressant de les essayer et voir s’ils me procurent de meilleures sensations.

Le travail effectué lors du weekend de course est toujours différent du travail effectué lors des essais, mais c’est de ma faute. Il m’a fallu plus de temps que Maverick pour comprendre la nouvelle moto, mais maintenant, cela fonctionne bien et nous avons atteint un bon niveau. Ici, je vais essayer de démarrer à partir du travail effectué au Qatar. Durant ce premier weekend, je pense m’être fortement amélioré et la course a été une surprise même pour nous… ce n’était vraiment pas mal. Démarrer la saison avec un podium était important surtout que les deux premiers n’avaient pas beaucoup d’avance.

J’aime beaucoup cette piste, c’est amusant d’y piloter. J’y ai toujours disputé de bonnes courses, mais nous devrons d’abord comprendre les conditions de la piste car l’année dernière, elle était très sale et nous avons même eu du mauvais temps. Comme je l’ai dit, au Qatar, nous avons fait un bon pas en avant mais certains problèmes demeurent. J’espère que nous allons les résoudre mais je sais triés aussi que chaque piste est différente et je dois essayer d’être compétitifs dès la première séance d’essais libres. Il est vrai qu’ici, comme au Qatar, il y a peu de grip mais la situation est différente. L’année dernière, cependant, j’ai réussi à disputer une bonne course. Il y a dix pilotes qui peuvent lutter pour le podium et pour être devant eux, il sera important de souffrir le moins possible pendant les libres et de me qualifier dans les cinq le samedi. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de