La colonne à Jicé: «Nous avons tous raté le jackpot!»



Je suis un piètre pronostiqueur. Un collègue qui me veut du bien rappelle d’ailleurs volontiers que c’est normal: «Tu es devenu trop spécialiste des choses de la course en 33 ans de reportages. Donc, tu refuses d’imaginer ce qui est totalement illogique.» Reste que si j’avais osé, je me serais réconcilié à tout jamais avec mon banquier…

Oser quoi? Oser placer toutes mes économies – deux francs, six sous – et jouer Karel Abraham meilleur représentant Ducati au terme de deux séances d’essais libres qui se sont certes déroulées sur un circuit à l’adhérence limitée, mais dans des conditions météorologiques régulières. Fou comme je le suis, j’aurais du même coup doubler la mise – un copain m’aurait prêté les deux francs, six sous nécessaires – en affirmant que le moins bon des huit pilotes Ducati en piste cette année serait Jorge Lorenzo. J’aurais, enfin, convaincu un deuxième ami d’investir dans mon projet ambitieux et j’aurais clairement affirmé que derrière ledit Lorenzo, quand même quintuple champion du monde, dont trois titres dans la classe reine, que derrière ledit, qui est aussi le transfert de l’hiver, on ne retrouverait que Tito Rabat (le seul pilote dominateur en Moto2 qui n’a pas trouvé la clef en MotoGP), Alex Rins qui serre les dents, malgré une fracture de l’astragale de son pied droit (accident à l’entraînement, en motocross), les deux pilotes KTM dont l’erreur de casting Bradley Smith, ainsi que Sam Lowes, dont on ne dira pas grand-chose, sous peine de devenir franchement désagréable.

J’imagine… Demain matin, je me réveillerais riche, ce qui ne changerait d’ailleurs rien à ma vie, parce que je me précipiterais avec le même plaisir vers le circuit. Pour voir si, un jour encore, j’allais vivre des choses étranges, illogiques, surprenantes, excitantes, tentantes, gourmandes, goûteuses, excitantes, appétissantes, belles, émouvantes (pour les lecteurs et lectrices intéressé(e)s, j’en ai encore en réserve).

Bien sûr qu’avec le temps qui va passer, cet illogisme-là qui permet aux teams qui disposent de Ducati de l’an dernier de se placer devant les deux pilotes officiels de la marque; qui autorise les deux protégés d’Hervé Poncharal, les rookies Jonas Folger et Johann Zarco de se placer devant Sa Majesté Valentino 46, devrait peu à peu disparaître.

Reste que jusque-là, on continue de se régaler. Nous avons tous raté le jackpot, mais moi, je bois du petit lait. Enfin, plutôt du jus de houblon et du sang de la vigne…  

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de