Michelin : pas de 'Rossi gate', juste essayer de contenter le plus grand nombre



Le weekend dernier, en Argentine, beaucoup de choses ont été racontées et certaines d’entre elles n’étaient pas spécialement belles à entendre.

On a notamment entendu parler d’une possible mafia espagnole entièrement liguée contre le seul et unique Valentino Rossi.

Et pourquoi est-on revenu là-dessus ? Parce qu’en début de weekend, on apprenait que Michelin apporterait une gomme avant différente de trois initialement prévues pour le rendez-vous avec une construction 2016 à la carcasse plus dure.

Là où le bas a commencé à blesser, c’est que cette gomme est arrivée et a donné l’impression qu’elle avait été amenée à Termas de Rio Hondo juste pour contenter Valentino Rossi qui, depuis le début de l’hiver, se plaint régulièrement du nouveau pneu avant Michelin.

Or, il y a certainement une distinction importante à faire et une précision à apporter car ce n’est pas parce qu’on n’a entendu que Rossi se plaindre qu’il n’y a que lui qui s’en est plaint car disons que le revers de la médaille de sa popularité est peut-être que lorsqu’il parle, sa voix a légèrement tendance à couvrir toutes les autres, celles des autres top pilotes misent à part bien entendu.

Mais l’histoire n’en restait pas là puisque la gomme, arrivée après les séances du vendredi au circuit recevait le véto par les pilotes lors de la safety commission pour son utilisation le samedi. Du coup, « l’Affaire » poussait les pro Rossi a parler de « mafia espagnole » et les anti Rossi à parler d’une tentative de Michelin de favoriser l’italien.

Au milieu de tout ce brouhaha, Piero Taramasso, le patron du deux roues pour Bibendum, légèrement harassé par les propos des uns et des autres, a donc tenu à remettre les pendules à l’heure.

« Tout ce que nous voulons c’est contenter les pilotes. Après les essais hivernaux, seuls Rossi et Iannone ont dit qu’ils n’étaient pas à l’aise avec cette carcasse et qu’ils auraient aimé une plus rigide. Cependant, comme ils n’étaient que deux dans le cas, nous n’avons pas pris de mesures.

Mais après la course au Qatar, six autres pilotes nous ont dit que Valentino avait peut-être raison. Ils sont donc passés à huit et en plus, il y avait des pilotes Yamaha, Aprilia, Suzuki et Honda.

Ce qui nous intéresse c’est prendre le bon chemin pour le développement, sans devoir revenir en arrière. Le type de gomme sur lequel nous devons partir ne nous intéresse pas. »

Stay tuned!

Rejoignez-nous sur Facebook

Source : motorsport 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de