Johann Zarco : entre philosophie, passion, admiration et humilité



Johann Zarco est un gars réservé, timide dans la vie mais un lion sur une machine et pour s’en persuader, il suffit de revisionner la vidéo de sa course en Argentine et de voir la manière avec laquelle il y a attaqué Pedrosa en mettant sa machine à la limite.

Mais ce qui est fabuleux, c’est le fait de penser que tout cela est arrivé alors qu’il n’en était qu’à sa seconde course en catégorie reine.

Double champion du monde moto2, le français a bâti sa carrière pas à pas, sans brûler les étapes. Alors évidemment, aujourd’hui Johann a 27 ans et ce n’est pas jeune comparé à des pilotes comme Rins, Viñales ou Marquez mais en même temps, c’est un pilote aguerri et expérimenté qui a débarqué chez Tech3.

On se souvient qu’après les premiers essais hivernaux, à Sepang, Hervé Poncharal nous avait dit : « Il a eu l’occasion de faire quelques tours devant et quelques tours derrière Valentino Rossi qui, d’ailleurs, en a parlé et tu ne peux pas savoir à quel point cela lui a fait plaisir ! Il a vraiment une adoration et un respect, que d’autres n’ont d’ailleurs peut-être pas, pour Valentino… », « il est impressionnant de calme, de sérénité, de sang-froid…ce n’est absolument pas quelqu’un qui bombe le torse et te fait des déclarations à l’emporte-pièce du style « moi je vais faire ceci, cela », par contre tu sens que dans sa tête, il y a un plan avec beaucoup d’ambitions. »

Et cette passion qu’il transforme en ambition, c’est probablement ce qui fait qu’aujourd’hui Johann est une éponge qui s’imbibe de l’expérience des autres. Le Français a l’humilité pour lire et admirer les datas des super stars de l’écurie factory qui sont là pour tout sauf par hasard.  

« Je peux avoir accès aux données de Valentino et de Maverick. Je peux comparer mon style avec le leur. Il est tout simplement fantastique de voir à quel point ils sont bons dans la gestion de la moto. Je pense que plus vous faites de tours, plus vous êtes en mesure de gérer la moto comme ils le font. Mais oui, je suis impressionné parce qu’il ressemble à des ordinateurs. Ils anticipent tous les mouvements sur la moto. En changeant leur pilotage, ils arrivent à s’adapter. C’est génial de pouvoir observer ce genre de chose et le fait de pouvoir rouler et gagner en expérience m’aide à atteindre ce point.

Ils sont en mesure d’adapter la position de leur corps au fur et à mesure que le grip change ou que le réservoir se vide. De jouer avec l’accélérateur, jouer avec le frein, avant et arrière. Enfin, il y a quatre choses à gérer : l’accélérateur, le frein avant, le frein arrière et les vitesses. Vous pouvez voir que ces quatre éléments, ils les gèrent automatiquement. Pour moi, cela vient mais je peux encore progresser dans ma manière de le faire ».

Et puis ce qui fascine aussi, c’est sa manière d’appréhender sa relation avec son équipier, Jonas Folger, qu’il apprécie d’ailleurs à sa juste valeur.

Comme le rappelait crash.net dans son interview, Johann Zarco est capable de reconnaître les qualités de son équipier et c’est ainsi qu’à l’issue de la première journée des tests au Qatar, après que l’allemand ait terminé troisième du classement, il reconnaissait sans problème que Folger était plus rapide que lui pour trouver ce qu’il faut pour aller vite.  

« J’ai grandi avec les motos et avec l’expérience, j’ai appris à être à un haut niveau chaque semaine. Cela m’aide aussi à grandir en tant qu’homme. Donc, je peux penser que nous aimons tous les motos. C’est pourquoi, s’il est meilleur que moi, je peux être content pour mon équipier. C’est un gars sympa. Se mettre en colère parce qu’il est plus rapide que moi ne m’aidera pas à être plus rapide, alors pourquoi ne pas rester positif ? »

On ne fait que se répéter mais l’impression que Johann Zarco donne, c’est que le meilleur reste à venir !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de