KTM ne désire pas avoir d'équipes clientes en Moto2 !



Avec une quatrième place, une seconde et une pole position avec Miguel Oliveira et une neuvième place pleine d’abnégation de Brad Binder, les débuts de KTM dans la catégorie intermédiaire sont une vraie réussite.

Du côté de la catégorie reine, après une première course compliquée au Qatar, les deux pilotes terminaient dans les points en Argentine même si la distance vis-à-vis des premiers demeure conséquente.

Seul bémol actuellement, la catégorie Moto3 où les motos autrichiennes n’ont pas encore goûté aux joies du podium et où, au classement général, le premier pilote pointe seulement à la quatrième place à 29 points du leader.

Du coup, en étant engagé dans de tels défis, Piet Beirer, le patron de la compétition pour KTM, n’espère pas spécialement voir des écuries privées se bousculer au portillon pour aligner, en catégorie intermédiaire, des machines au cadre tubulaire.     

« Avoir des équipes clientes Moto2 n’est pas la question la plus importante pour nous à l’heure actuelle. Nous avons beaucoup de travail devant de nous dans les trois classes.

Nous sommes derrière en Moto3 mais nous voulons revenir au sommet. En Moto2, nous devons nous attendre à subir des revers et en MotoGP, nous avons aussi de grandes tâches qui nous attendent.

Très honnêtement, je voudrais garder la même taille en Moto2 l’an prochain, donc avec une équipe d’usine et deux pilotes. Une équipe client serait bien, mais je ne vois pas non plus KTM ou WP Suspension avoir la capacité d’être en mesure d’aller au-delà. Mais je ne peux pas l’exclure pour le moment. »

Petite anecdote plutôt sympathique dans ce monde du profit, on se souvient que la saison dernière, Tom Lüthi avait essayé la MotoGP autrichienne et selon Piet Beirer, KTM aurait aimé s’offrir ses  services pour son écurie Moto2 mais finalement, le transfert ne se concluait pas en raison de la loyauté du suisse vis-à-vis de ceux qui depuis longtemps le soutiennent.  

« Nous aurions aimé avoir Tom Lüthi avec son expérience dans notre projet Moto2. Mais ce plan ne s’est pas réalisé en raison de la loyauté de Tom. Il voulait continuer avec les gens qui étaient proches de lui et qui l’ont aidé … au final, c’était peut-être une décision raisonnable de Tom de rester avec cette solide équipe suisse ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de