#AmericasGP : Marquez parle de la pression, du respect pour Rossi et de Zarco



Après le Grand Prix d’Argentine, nous avions souvent écrit que Marc Marquez devait commencer à sentir la pression sur ses épaules et si jusqu’hier, l’espagnol ne l’avait pas clairement avoué ou peut-être même s’il ne se l’était pas avoué à lui-même, c’est désormais chose faite.

Le champion du monde n’avait probablement pas envie de parler de pression au moment de jouer sa dernière carte dans ce championnat après trois Grand Prix seulement et bien lui en a pris puisqu’hier, ce n’est pas une simple victoire qu’il a conquise, c’est un véritable coup de maître qu’il a délivré.    

« Ce fut une course assez difficile, surtout au début. J’étais calme parce que j’avais un pneu avant dur. A partir du milieu de la course, j’ai commencé à réaliser que je pouvais le faire. Après l’Argentine en fait j’étais un peu inquiet. Au début derrière Dani je me suis dit, « faisons la moitié de la course derrière lui », puis quand j’ai vu qu’il commençait à caler, je suis parti. Du point de vue psychologique, c’était important de finir devant Viñales, ou au moins sur le podium. Après Rio Hondo j’étais très loin, là, j’y ai commis une grave erreur et je ne voulais pas la répéter. Aujourd’hui, il y a seulement 18 points entre moi et Rossi, moins d’une course. »

Rossi qui, de son côté, a également su jouer les bonnes cartes…  « J’ai le plus grand respect pour Rossi, il a 38 ans et est toujours là devant. Jusqu’aujourd’hui, il n’a pas encore été le plus rapide mais il a été le plus régulier. »

Pour terminer, les journalistes de la conférence de presse ne pouvaient pas non plus manquer de lui demander son avis quant à l’accrochage entre Zarco et Rossi, l’italien s’étant plaint d’une trop grande agressivité, dictée par le manque d’expérience, du français.

Marquez st certainement bien placé pour en parler car depuis quatre saisons, il a eu l’occasion de se calmer et de mûrir un pilotage qui semble devenir de plus en plus parfait.

« C’est vrai, Johann est agressif, mais je le suis et Valentino l’est aussi. Chacun d’entre nous, en MotoGP, l’est. Pour cette raison, nous ne devons pas être surpris de voir certains dépassements, il faut s’y attendre. Ceci dit, la sanction n’est pas juste. Il ne pouvait pas faire autrement et en plus, ces trois dixièmes n’aurait de toute façon servi à rien. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store