Fenati et Rossi enterrent la hache de guerre. Clin d’œil à la chronique d’Alexis Masbou



En mettant un terme à sa collaboration avec Romano Fenati la saison dernière en Autriche, les rapports entre le jeune pilote italien et Valentino Rossi avaient certainement pris un peu de plomb dans l’aile.

Ce sont évidemment des choses qui arrivent mais qui ne devaient être plaisantes aucun des deux.

Mais ce dimanche, à Austin, à l’occasion de la victoire de Fenati, les choses semblent s’être pacifiées et c’est certainement une des belles histoires de Grand Prix des Amériques.

Tout d’abord, on a eu Valentino Rossi qui, en conférence de presse, a déclaré : « en dehors de ce qui est arrivé l’année dernière, j’ai toujours eu une bonne relation avec lui et je continue à en avoir une, donc je suis heureux. J’ai aimé la manière dont il a géré Canet, je lui tire mon chapeau ».

De son côté, Romano Fenati n’a pas non plus manqué de saisir la perche que lui tendait sa victoire pour remercier au passage l’académie VR46.

On soulignera également le passage de l’interview de l’italien où il déclare qu’il a pu profiter pleinement du nouveau pneu qu’il avait conservé au cas où la course aurait été arrêtée.

C’est donc l’écho parfait de ce qu’Alexis Masbou nous a raconté hier dans sa chronique que nous vous recommandons.

C’est précisément ce que nous espérions en proposant cette rubrique au pilote français…avoir la vision de l’info à partir de la selle du pilote. Merci Alexis !

« Pour gagner, il ne faut rien rater et pour ne rien rater, vous devez être serein. Au Texas, seule la malchance aurait pu compromettre le résultat. Je suis parti avec l’idée claire de rester sur le dos d’Aron Canet et de l’embêter sans relâche. Sur certaines parties de la piste j’étais plus rapide que lui alors que dans d’autres, cependant, il était plus rapide que moi mais le stress de la compétition sur la piste est très élevé et les erreurs sont faciles à commettre. Quand il est tombé j’ai pu m’en aller et prendre plusieurs secondes au groupe des poursuivants et ce grâce au nouveau pneu précieux que nous avions gardé en cas d’arrêt de la course.

En plus de mon pays auquel je dédie cette victoire, je dois remercier aussi Pesaro, terre des pilotes et des moteurs où se situe le siège de notre équipe, les snipers, les entreprises qui nous soutiennent, Marinelli Cucine et Rivacold et enfin, un grand merci aussi à l’Académie de Valentino qui a contribué au développement de ma compétitivité. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store