#SpanishGP, Moto3, Course : Canet, une première mémorable !

Ce Grand Prix d’Espagne aura peut-être été le plus beau depuis le début de la saison. Au terme d’un combat sans merci, Aron Canet s’impose de 31 millièmes devant Romano Fenati.


Qu’il aura été beau, ce Grand Prix Moto3 d’Espagne. Agressif. Intense. Et incertain jusqu’à l’arrivée. Les résultats de la qualification en témoignaient : si Jorge Martin décrochait très largement la pole, l’écart entre le deuxième (Aron Canet) et la vingt-troisième (Maria Herrera) était de moins d’une seconde.

Poleman, Jorge Martin réalise le holeshot mais se fait rapidement déborder par Romano Fenati. Comme d’habitude, le groupe de tête se distingue en quelques kilomètres. Ils seront d’abord une douzaine à mener la charge. Parmi eux, les principaux acteurs s’appellent Fenati, Aron Canet, Joan Mir mais également Darryn Binder et Marcos Ramirez.

Les deux coéquipiers Platinum Bay Real Estate font le spectacle. Aucun complexe d’infériorité, ni pour le Sud-Africain souvent éclipsé par les résultats de son champion du monde de frère, ni pour l’Espagnol qui dispute là sa première saison complète. Les hommes se passent, se repassent et jouent avec les pilotes les plus rapides de la catégorie – dont ils font aujourd’hui partie.

 À 13 tours de l’arrivée, Binder chute alors qu’il est aux prises avec Fenati. Les tours s’enchaînent, le combat se poursuit mais quatre hommes semblent se distinguer : Canet, Fenati, Mir et Ramirez. Ils franchiront l’arrivée dans cet ordre-là, après 41 minutes d’une course des plus intense. Fenati pensait pourtant avoir fait le plus dur mais, à Jerez, celui qui arrive en tête dans le dernier virage n’est pas forcément le vainqueur.

 Pourtant le plus discret du quatuor, Aron Canet triomphe pour la première fois de sa carrière grâce à un ultime freinage d’anthologie. Il se relance par la même occasion après son abandon aux États-Unis. Romano Fenati enregistre un deuxième podium consécutif et reprend 4 unités à Joan Mir, toujours leader. Marcos Ramirez, lui, est passé à 2 dixièmes d’un podium qu’il méritait mais fait un bond au championnat : +7 places (de quinzième à huitième).

Danilo dans les 15

À l’inverse, certains ont perdu de précieux points à Jerez. C’est le cas de Jorge Martin, neuvième, mais surtout de John McPhee tombé alors qu’il pointait douzième. Le Britannique accuse désormais 25 longueurs de retard sur Mir. Philip Öttl, forfait car blessé aux qualifs la veille, perd également gros. Tout comme Niccolo Antonelli, poussé à la faute par Tatsuki Suzuki.

Après un début d’année des plus compliqués, Bo Bendsneyder (onzième) entre enfin dans les points. Jules Danilo (douzième) en engrange lui 4 supplémentaires, portant ainsi son total à 7. En terminant quinzième, Ayumu Sasaki revient à la hauteur de son compatriote japonais Kaito Toba dans la lutte de meilleur rookie.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook 

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de