#SpanishGP : la première de Pedrosa, le premier de Lorenzo et la débandade Yamaha



La saison dernière, le circuit de Jerez avait été le théâtre de la domination des pilotes Yamaha et plus particulièrement de Valentino Rossi qui s’était imposé avec un boulevard d’avance.

Dès lors, en débutant le weekend, que ce soit chez Ducati ou chez Honda, on avait eu vite fait de s’ôter une partie de la pression en rappelant à qui voulait bien l’entendre que la victoire serait compliquée à aller chercher hors des mains des pilotes d’Iwata.

Pourtant, dès le début du weekend, la piste racontait une toute autre histoire puisque c’est Dani Pedrosa qui dominait la première journée.

C’est d’ailleurs encore lui qui dominait la seconde et comme on dit ‘jamais deux sans trois’, c’est une fois et encore lui qui dominait la troisième et dernière journée de ce premier rendez-vous européen.

En effet, auteur du holeshot, Pedrosa n’a pas concédé le moindre mètre à ses adversaires et s’impose de main de maître devant ses fans.

Marc Marquez, son équipier et compatriote, a pourtant tout essayé pour revenir mais il ne parvenait pas à faire tomber l’écart sous la barre des 1 seconde si ce n’est l’espace d’un ou deux tours à 6 boucles de la fin où il pointait à 9 dixièmes.

Marquez finissait par renoncer à trois tours de la fin et prend une excellente deuxième place puisque derrière, ses adversaires les plus coriace au classement général ont connu une vraie débandade.

D’abord Valentino Rossi, vainqueur en 2016 et 10ème aujourd’hui. L’italien donnait l‘impression de piloter sur des œufs. Revenu un moment cinquième suite à la chute de Crutchlow, l’italien a fini par dégringoler au classement puisqu’il voyait Dovizioso, Viñales, Petrucci, Espargaro et Folger lui passer devant. Il conserve malgré tout son leadership au championnat mais pour deux petits points seulement.

Son équipier, quant à lui, était loin de ses deux premiers succès au Qatar et en Argentine. Il termine à une très quelconque sixième place derrière Andrea Dovizioso et un Johann Zarco qui, en début de course, nous a une fois de plus coupé le souffle.

En effet, au coude à coude avec Rossi au départ mais finalement dépassé par l’italien, il le redoublait dans le même tour avant de s’offrir le scalp de Viñales, de Iannone la boucle suivante et de Marquez au quatrième tour.

Marquez repassait et Zarco s’établissait à la troisième place. Malheureusement, c’est à ce moment où le français a commencé à perdre du terrain sur le pilote Honda et que Jorge Lorenzo, étincelant au guidon de sa Ducati, revenait sur lui comme un boulet de canon.

A 16 tours du terme, Lorenzo passait Zarco, ne lui laissait pas le plaisir de répliquer et filait tout droit vers le premier podium de sa carrière rouge en seulement 4 courses.

Il avait dit qu’il progressait et tout le monde ne semblait pas disposé à le croire… il disait pourtant la vérité.

On signalera encore les chutes de Crutchlow, de Iannone, de Pol Espargaro, de Bautista qui aurait emporté Miller et de Tito Rabat.     

Enfin, si on jette un coup d’œil au classement général, on observe un resserrement général des positions puisqu’avec 62 points, Rossi n’a plus que deux points d’avance sur Viñales, quatre sur Marquez et dix sur Pedrosa. A noter que Johann Zarco a repris la première place des privés.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de