#SpanishGP, Rossi : « j’ai eu de la chance d’arriver à la fin de la course »



Si on ne compte pas les abandons, il faut remonter au 11 novembre 2012 et sa dernière course avec Ducati pour trouver trace d’une aussi mauvaise performance de Valentino Rossi. C’était à Valence, un circuit qu’il n’a jamais réellement apprécié. Mais ici, nous étions à Jerez, où il a déjà gagné à neuf reprises dont la saison dernière.

Aujourd’hui, Valentino Rossi a été obligé de se contenter du rôle de celui qui tente de rejoindre l’arrivée puisque dès le début de la course, on pouvait voir l’Italien empêché de coucher la moto dans les virages.   

En délicatesse avec les pneus et à 6 tours de la fin, avec une machine sur laquelle est apparue de grosses vibrations.

Il est bien entendu revenu sur cette déconfiture au micro de nos confrères de GPOne.

« Maintenant, c’est facile de dire que nous avons commis une erreur, qu’avec l’ancien set-up nous pouvions faire un peu mieux mais cela n’a pas suffi, nous devions tenter le coup. Logiquement nous nous attendions à plus sur cette piste après les résultats des dernières années, mais la réalité a été différente.

Je perdais énormément à l’accélération, le pneu glissait et nous avons essayé de changer l’équilibre de la moto pour essayer de limiter la consommation du pneu. Non seulement nous n’avons rien résolu, mais j’ai aussi perdu confiance en l’avant. Ensuite, à 6 ou 7 tours de la fin j’ai commencé à ressentir une grosse vibration à l’arrière, comme si la gomme avait surchauffé. En ligne droite, on aurait dit que la moto se démontait. J’ai eu la chance d’arriver à la fin.

Cette semaine, j’ai toujours eu du mal avec les pneus. Je ne peux même pas parler de dégradation parce que je patinais même avec la tendre à peine montée. Je n’ai jamais eu un bon feeling, il y a toujours un peu de patinage sur cette piste, mais cette fois il y en avait plus.

Ici, les choses changent de jour en jour, même Maverick a eu du mal et après son beau warm-up ce qui lui est arrivé est impressionnant. Les 20 degrés en plus sur l’asphalte ont fait une grande différence.

C’est positif d’encore être en tête après une course comme ça. Maverick aussi a eu du mal, la véritable remontée c’est Honda qui l’a faite et c’est inquiétant. Pedrosa est en forme et il ne va pas vite qu’ici à Jerez, je l’ai toujours placé parmi les candidats pour le titre. Même Lorenzo a très bien roulé. C’est un des pilotes les plus forts et il était sur une piste difficile pour Ducati. Cela nous montre combien il est difficile de faire des pronostics.

Après une course pareille, j’ai envie de disputer le test de demain. Nous devrons comprendre ce qui est arrivé, mais nous ne reviendrons pas à la moto 2016, bien qu’ici elle ait mieux fonctionné, parce qu’elles sont déjà toutes au musée (rires). C’est logique que l’ancienne M1 se soit montrée compétitive parce que l’année dernière, Lorenzo et moi étions très rapides. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de