#SpanishGP, Lorenzo : « je dédie ce podium à tous mes détracteurs »



Après avoir été énormément critiqué ces derniers jours, Jorge Lorenzo avait à cœur, pour son trentième anniversaire, de faire mentir tous ses détracteurs.

Malheureusement, Jerez semblait ne pas être le théâtre idéal pour son retour dans la lumière tant il lui avait été bien rappelé, notamment par son équipier, que cette piste n’était pas faite pour cette machine.

Qu’à cela ne tienne, Lorenzo mettait la bulle dans le guidon et signait un excellent quatrième chrono dès a première journée avant d’accrocher la huitième place en qualifications et de partager le meilleur chrono du warm-up avec Maverick Viñales.

Il n’y avait besoin de rien de plus pour que la confiance, venant se mêler à une détermination qui ne le quitte jamais, lui fasse faire des miracles.

Il arrache un premier podium mérité au terme d’un Grand Prix où il aura su exploiter à 100% les errances des pilotes Yamaha.      

« C’est le meilleur cadeau que je pouvais me faire pour mon 30ème anniversaire. Ce podium avec Ducati est aussi bon qu’une victoire avec Yamaha.

Je souffrais beaucoup du manque de résultats et des critiques de ceux qui, en jugeant trop tôt, ont dit que je n’étais pas le bon pilote pour la Ducati. Maintenant, ils doivent revenir sur leurs paroles et je leur dédie ce podium. Je n’ai pas oublié comment on pilote fort.

Je suis humain et j’ai juste besoin de temps. Tout au long de ma carrière, j’ai toujours compris comment aller vite avec les différentes motos et c’est encore le cas avec la Ducati.

Mon objectif était d’être le plus rapide des pilotes Ducati et au final j’ai même réalisé un autre objectif. Je me sentais fort, je savais que j’avais le rythme pour être dans le top 5 ou 6 et, de façon plutôt inattendue, j’ai pu faire mieux. Les températures se sont élevées, le rythme de tout le monde a chuté mais moi j’en ai moins souffert.

Tout ne me vient pas encore naturellement dans le pilotage, je dois encore penser. La plus grande nouveauté, c’est l’utilisation du frein arrière auquel je n’étais pas habitué, mais cela va de mieux en mieux.

Cette moto est compliquée à comprendre et de nombreux pilotes ont souffert dessus, avec l’arrivée de Gigi la situation s’est améliorée mais cela reste une moto spéciale.

J’étais le meilleur des pilotes Ducati, mais maintenant nous devons améliorer la moto pour la rendre complète. Elle a des atouts et nous pouvons les exploiter sur quelques pistes pour être plus compétitifs, comme au Mans et au Mugello. Mais il ne faut pas trop penser aux différents circuits, le MotoGP est fou et tout peut toujours arriver.

Cette année, nous devrons essayer de gagner quelques courses ensemble et nous préparer pour la saison prochaine. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de