La minute technique d'Eric Offenstadt : c'est quoi perdre l'avant ?



Il y a quelques jours, le rédacteur en chef de GPInside me contacte : « Éric, j’ai partagé un de tes commentaires techniques sur Facebook (ndlr, un freinage de Zarco à Jerez), c‘est un succès total. Ce genre d’article manque sur notre site, ça te branche ? »

Et ce soir, me voilà avec sur les bras une rubrique pompeusement intitulée « la minute technique d’Éric Offenstadt » … j’adore ! C’est parti. 

Marc Marquez arrive plein gaz avant cette courbe à gauche (pour lui). Comme il est à haut régime, il se contente du frein moteur pour la roue arrière.

Il prend le frein avant avec puissance, mais avec un poil de progressivité pour un bon transfert de charge sur le pneu avant.

Puis dans les un à deux dixièmes de seconde suivant il s’agit d’incliner la moto en diminuant la pression sur la poignée d’un peu plus de 1 tiers.

Si on n’est pas tout à fait syncro et qu’on diminue la pression 5/100ème trop tard : on perd l’avant juste au moment où l’on exerce la pression sur le guidon pour incliner la moto.

Mais pourtant, ce n’est PAS ce qui se passe ici !

Ici, Marc à bien diminué la pression sur le frein avant en quittant le bord extérieur de la piste.

Ensuite il faut progressivement qu’il mette de plus en plus de pression sur le frein arrière pour compenser le manque de frein moteur à l’entrée de certaines courbes. Et cela, même avec les réglages électroniques de frein moteur.

En effet, la décélération jusqu’à la corde est d’autant plus efficace que le freinage se fait à la limite d’adhérence des deux roues en même temps !

Ici Marc arrive peut-être un peu trop vite (Photo 1), et soit il remet un poil de frein avant pour ne pas faire une « goutte d’huile », soit il oublie l’espace d’1/10ème de seconde de remettre aussi du frein arrière.

On voit d’abord la roue avant tourner vers l’intérieur du virage, la direction devient alors soudain très lourde… avant de « croiser » (Photo2) et Marc se retrouve par terre.

C’est cela que l’on appelle « perdre l’avant », c’est la faute de pilotage la plus courante et aussi la plus difficile à contrôler.

J’espère avoir respecté le contrat en n’ayant pas débordé de la minute empruntée à votre temps précieux… Après, si c’est le cas, je pourrai toujours mettre ça sur le dos du blabla de présentation voulu par ce fameux rédac chef. A très bientôt !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de