Crutchlow veut une moto d’usine, si possible une Yamaha, mais pas nécessairement !



L’annonce du retrait de la compétition de Casey Stoner a, en quelque sorte, affolé le marché des transferts avant l’heure.

Maintenant, tout le monde est suspendu aux lèvres de Jorge Lorenzo qui, de toute évidence, a reçu ou recevra une offre de Honda.

L’Espagnol est le maître achat de ce mercato et il en est une des clés principales, même s’il ne faut pas négliger certains autres paramètres comme la capacité du Reparto Corse de Ducati à sortir, ou pas, une bonne moto ou l’abolition, ou pas, de la règle du rookie.

L’autre maître achat de ce marché, c’est Valentino Rossi. En cas d’incapacité de Ducati à lui fournir la moto qu’il désire, il partira. Où ? Pour ça, lui aussi dépend de la décision de Lorenzo.

Et puis, après ces maîtres achats, il y a tous les autres et, à l’instar de son équipier, Andrea Dovizioso, Cal Crutchlow vient de se porter candidat à l’investiture de premier ou second pilote d’une écurie factory.

« A la fin de l’année, j’espère être assis sur une moto d’usine et ma préférence va à Yamaha », a-t-il dit à la BBC.

Et le pilote tech3 d’ajouter « j’ai eu quelques contacts avec des équipes, mais ce sont justes des discussions informelles »

Et comme on peut douter que ces discussions informelles aient eu lieu avec Repsol Honda, il ne reste plus que Ducati.

Alors là, ça tombe bien parce que Crutchlow a justement déclaré, à nos confrères de Bike Sport News, qu’il n’était absolument pas effrayé par le challenge que représente la GP12.

« Je n’ai pas peur de la Ducati. C’est une moto, tu dois juste monter dessus, l’essayer et faire de ton mieux ».

Et si le Britannique n’a pas peur de rouler sur la Ducati, c’est parce qu’il trouve des points de comparaison entre son style et celui de Casey Stoner.

« Si je regarde mon style de pilotage et celui de Casey, la façon dont nous ouvrons les gaz et la façon dont nous freinons – évidemment, la plupart du temps il est une demie seconde plus rapide au tour que moi – sont similaires et il a été le seul à pouvoir faire fonctionner la Ducati. Je n’ai pas peur de tenter ma chance ».

Voilà donc l’avis de Cal Crutchlow.

En revanche voici celui de Casey que vous pourrez lire sur gpone en cliquant ici.

« Beaucoup de gens voient des similitudes entre moi et Crutchlow, mais elles ne sont pas justes. Il freine après moi et nos trajectoires sont différentes ».

Peut-on y voir un indice de plus du départ de Rossi de chez Ducati ? Qu’en pensez-vous ?

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Photo : Lionel Nolette

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires