#DutchGP, Dovizioso (5e) : « La différence ? Nos résultats ne sont pas le fruit des erreurs des autres ! »

Depuis le départ de Casey Stoner de la maison rouge, les quelques bons résultats de la marque italienne ont souvent été le fruit des erreurs des autres ou des circonstances de course et rarement d’une vraie domination en piste.

Bien entendu, on évitera de classer les victoires de Iannone en Autriche ou de Dovi à Sepang la saison dernière dans cette catégorie mais tout de même, il est un fait que ces victoires étaient également dues à des pistes particulières (surtout le RedBull Ring) vraiment favorables aux Desmosedici.

En 2017, en revanche, on peut nettement voir qu’Andrea Dovizioso domine entièrement son sujet et peut-être plus encore qu’en Catalogne ou au Mugello, la course d’Assen en est la parfaite illustration.

En effet, après un départ moyen, l’italien a su revenir comme un boulet de canon en renversant complètement la vapeur, chose que la saison dernière, il n’aurait certainement pas été en mesure de faire.

La Ducati semble toujours plus compétitive sur les fins de course, là où les saisons précédentes, elle passait de 5 à 15 secondes de retard sur le vainqueur.        

Desmodovi rentre donc en Italie avec le leadership du Championnat et la conviction qu’en 2017, les portes du mondial ne lui sont pas fermées. Au final, c’est peut-être même cela la plus grande différence !

« Après un début de course compliqué, je suis resté calme en essayant de saisir toutes les occasions et le seul tour que j’ai roulé derrière Viñales m’a beaucoup aidé à comprendre où je pouvais m’améliorer. Au prix d’un grand effort physique j’ai réussi à l’éviter lorsqu’il est tombé et j’ai commencé à être le plus rapide en piste à partir de la moitié de la course, ce qui fait que j’ai réussi à combler l’écart qui me séparait des premiers. C’est une chose très importante, également pour l’avenir. Avec l’arrivée de la pluie, je les ai rejoints plus facilement, mais j’ai commencé à penser au championnat lors des quatre derniers tours, parce qu’on ne pouvait pas savoir s’il faisait humide où non. Dans un tel Championnat, il importe de toujours ramener des points à la maison et aujourd’hui, j’ai su rattraper une situation difficile.

J’avais la vitesse pour terminer troisième, mais quand Cal est revenu cela a donné un lieu à une bagarre folle dans laquelle je n’avais pas les moyens de m’immiscer. C’est dommage car c’était des points à gagner sans prendre trop de risques, mais la cinquième position a beaucoup de valeur, compte tenu du fait que nous rentrons à la maison avec la première place.

Je suis satisfait de la manière dont nous travaillons tous. Personne ne croyait qu’après huit courses nous serions en tête du championnat. Cette expérience me fait croire que si on travaille de manière optimale, tout est possible et personnellement, cette année un monde s’ouvre à moi. J’ai toujours du mal à croire que je suis premier au championnat, un peu comme j’ai toujours du mal à croire que j’ai gagné au Mugello.

Avec Ducati, à beaucoup d’égards, nous sommes dans une situation inédite par rapport aux cinq dernières années : les résultats obtenus ne sont pas le fruit des erreurs des autres, mais de notre mérite. J’ai toujours raisonné en termes de championnat, même quand je ne battais pas pour le gagner, et bien entendu, je continue à le faire maintenant. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de