#GermanGP, Rossi : « sans le nouveau châssis, cela aurait été Waterloo »



Hier, au Sachsenring, Valentino Rossi a disputé une course compliquée avec en permanence quelques pilotes à ses trousses prêts à bondir à chaque virage.

Pourtant, si l’Italien n’avait pas le rythme de Folger et Marquez, avec une meilleure qualification, il aurait certainement pu se battre avec Pedrosa pour le podium.

Malheureusement pour lui, avant même d’arriver devant, les pilotes Repsol et Jonas Folger étaient déjà loin et les rejoindre étaient mission impossible. 

« Une chose dont je suis certain c’est que sans le nouveau châssis, cela aurait été Waterloo, comme à Jerez et à Barcelone.

Après un week-end difficile, je peux être heureux d’un résultat dont habituellement je ne me satisferais pas. En course, cela a été difficile, j’ai toujours eu quelqu’un à mes trousses, et j’ai dû pousser du premier au dernier tour. C’est une des courses les plus difficiles que j’ai disputée.

Il y a eu une certaine malchance en raison des deux problèmes rencontrés lors des essais qui m’ont fait perdre du temps. Heureusement, il n’a pas plu et avec la nouvelle moto, j’ai pu être plus compétitif. J’avais un bon rythme et avec une meilleure position sur la grille j’aurais pu me battre pour le podium.

C’est dommage d’être arrivé derrière Viñales, ce sont des points importants au championnat mais aujourd’hui, il était plus rapide que moi. »

Quoi qu’il en soit, nouvelle moto ou pas, ce n’est pas la première fois qu’un pilote satellite bat les deux pilotes officiels (Catalogne, Jerez) et c’est un élément plutôt interpellant, certainement révélateur d’un grand talent des pilotes de Hervé Poncharal mais aussi probablement révélateur d’une M1 2017 peut-être pas si bien réussie que ça.   

« Jonas et Zarco ont un bon feeling sur la M1, mais surtout ce sont des pilotes rapides. Aujourd’hui, la différence c’est Folger qui l’a faite et je dois le féliciter. Bien entendu, nous devrions être en mesure d’être devant les motos satellites, mais si on regarde le classement, c’est bel et bien le cas, Maverick et moi sommes devant.

Je suis content parce que j’ai gagné une course et que je suis seulement à 10 points du leader, je suis l’un des cinq pilotes qui jouent le championnat. D’autre part, il y a beaucoup de doutes, je ne parle pas seulement pour moi, mais pour tout le monde. C’est une situation difficile à comprendre et pour cela, nous devons continuer à travailler. Nous devons continuer à apporter des changements, même au risque de faire des erreurs. Cette année, c’est difficile pour tout le monde de comprendre dans quelle direction aller. Pour l’instant je suis satisfait parce que lors des deux dernières courses, la moto s’est améliorée. »

Et pourtant, comme la saison dernière, même si la marge d’avance est moins importante, c’est une fois de plus Marc Marquez qui tire les marrons du feu.

« Pour l’instant, Marc est devant et je pense que c’est lui qui a su le mieux limiter les dégâts dans les moments difficiles. Mais nous sommes tous au même niveau et quand je dis tous, j’inclus Pedrosa. Ma cinquième place peut sembler être un résultat dicté par la raison alors qu’en fait j’ai poussé au maximum. L’important est de toujours être là, parmi les meilleurs, on ne sait pas ce qui se passera au cours des neuf prochaines courses. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de