Andrea Iannone explique pourquoi on ne peut pas le comparer à Viñales



Le parallèle est cruel. Il y a un an, Maverick Viñales pouvait dire à la mi saison qu’il avait mis la Suzuki par deux fois sur une première ligne d’une grille de départ de MotoGP et qu’il était monté sur un podium avec la GSX-RR. Celui qui lui a succédé, Andrea Iannone, offre aujourd’hui un bilan bien moins enthousiasmant. Mais l’Italien prévient : comparaison n’est pas raison.

Une première ligne au Qatar, et puis plus rien. Une disette qui met l’équipier d’Alex Rins à une très modeste seizième place au championnat, avec un maigre butin de 28 points. Telle est la situation d’un Iannone par ailleurs de plus en plus critiqué, y compris dans son propre camp. La dernière sortie à son sujet de Kevin Schwantz, qui travaille pour Suzuki, en a dit long sur le malaise ambiant.

Mais malgré son excentricité apparente, Andrea Iannone garde la tête froide et le nez dans la bulle en espérant apercevoir très vite le bout du tunnel. Certes, mais ce Viñales ? « Maverick est un pilote incroyable et Suzuki a prouvé avoir les bases solides et la capacité à progresser. Mais cette année, beaucoup de choses ont changé, à commencer par les pneus ».

« C’est une situation frustrante de laquelle on ne sortira que par le travail et une confiance mutuelle entre l’équipe et le pilote ». La cohésion, chez Suzuki, se lézarde donc sous les coups du sort. La seconde partie de saison devra être d’une toute autre teneur.

Stay tuned!

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de