Quelques images du futur ? Miguel Oliveira sur la MotoGP de KTM



Depuis toujours, KTM exerce une sorte de fascination sur moi, allez savoir pourquoi ! Peut-être est-ce dû aux deux titres de Champion de Belgique junior d’un de mes cousins sur une KTM, peut-être est-ce dû au travail carré de la marque autrichienne en Moto3 incarné par le sérieux d’un grand monsieur, Aki AJo. Est-ce dû, avant cela, à la détermination et à la rapidité d’un jeune australien, aujourd’hui retraité, sur sa 250 orange.

En tout cas, quelle que soit la raison, KTM factory m’a réjoui lors de l’annonce de son arrivée en catégorie reine. On attendait bien entendu le line-up de l’écurie avec impatience et, probablement un peu naïf, je dois bien avouer avoir été quelque peu déçu lors de la signature de l’ancien duo Tech3, Bradley Smith et Pol Espargaro.

Je n’ai évidemment rien contre ces deux pilotes dont leur présence seule présence au plus haut niveau témoigne de leur valeur mais il faut bien avouer qu’ils n’avaient pas été le duo le plus enthousiasmant de Bormes-les-Mimosas. Pourtant, en se penchant quelque peu sur la tactique de KTM, il faut reconnaître que leur choix était extrêmement intelligent. Outre le fait de ne peut-être pas avoir les moyens pour payer un « Big », quoi que cela reste à démontrer, KTM n’avait surtout pas la moto pour l’attirer.

Présent en Moto3 et en Moto2 depuis cette saison, KTM a mis en place une vraie filière destinée à élever ses champions en interne. Malheureusement, pour amener un jeune compétitif sur son arme ultime, les autrichiens avaient besoin de temps, d’abord pour former ses jeunes comme Binder, Oliveira ou d’autres jeunes présents en Moto3 et couvés par Aki Ajo ensuite pour son arme ultime devienne réellement ultime.

Et justement, pour l’amener au top, quoi de mieux que deux pilotes, heureux d’avoir enfin un statut factory et capables de rouler vite ? Et si ce type de pilote campait bel et bien la figure désirée par KTM, Espargaro et Smith était certainement le meilleur choix possible. En revanche, l’intime conviction est que ces deux pilotes ne représentent pas l’avenir de la marque au plus haut niveau et que pour vendre leur filière, ils seront presqu’obligés, si leurs résultats suivent, de faire monter un des deux ou les deux pilotes qui aujourd’hui, font leurs armes sur la Moto2 orange.

Pour s’en convaincre, il suffit peut-être de jeter un œil sur l’activité de vendredi sur le motorland d’Aragon. En effet, on a pu y voir Miguel Oliveira monter sur la RC16 et la faire tourner pendant quelques heures…la galerie ci-dessous vous présente quelques images d’un probable futur.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook   

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de