Hervé Poncharal: "Nous sommes pour Yamaha ce qui manque à Suzuki"



Hervé Poncharal vit une de ses meilleures saisons en MotoGP cette année. De quoi le consoler d’une précédente campagne qui a vu le team LCR et l’équipe Marc VDS décrocher la victoire alors que son logo Tech3 restait sur le carreau au tableau d’honneur des privés. Le succès se fait certes toujours attendre en 2017, mais deux podiums sont déjà dans la besace de même qu’une pole-position. Une bonne tenue qui est une réelle aide pour l’usine Yamaha.

Si certains, chez les constructeurs engagés en MotoGP, se posaient encore la question sur l’utilité d’avoir un team satellite comme affidé, l’écurie Tech3 a su balayer les derniers doutes. Quatre motos, c’est l’opportunité de tester, de prendre des risques, de comprendre pour évoluer. Et peut-être surtout cette année, où choisir ses pneus veut dire trancher un nœud gordien.

Le patron français explique : « J’ai discuté avec Davide Brivio, le team manager de Suzuki. Avec deux autres motos, l’usine peut faire des comparaisons. Suzuki est actuellement en difficulté. Mais ils ne connaissent pas la cause de leur problème. Si vous pouvez croiser dans ces moment-là les données de quatre pilotes, c’est toujours un plus. Et c’est mieux que de se baser sur deux pilotes seulement ».

Certes, mais cela comporte aussi le risque de voir les privés faire mieux que les officiels. Ce qui arrive cette année au sein du clan Yamaha. Mais pour Hervé Poncharal, ce n’est pas le sujet : « cela ne veut pas dire que les privés sont meilleurs que les usines. Mais l’usine peut utilement faire des comparaisons ».

Car de toute façon, un privé restera à sa place. Et pour cause… « Notre niveau technique est celui de la saison passée. Nous n’avons rien développé depuis le début de la saison au Qatar, à quelques détails près. Notre moto version 2016 n’est pas l’avenir de Yamaha. Mais nos performances sont une aide pour les ingénieurs Yamaha pour développer la M1 lorsqu’il faut amener un nouveau châssis, de nouvelles suspensions, et ainsi de suite. Lorsqu’ils voient les performances de nos pilotes, ils comprennent s’ils sont dans la bonne direction, ou pas ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de