Alex Rins : « Nous essayons, Suzuki travaille… »



Blessé, Alex Rins n’a disputé que quatre Grands Prix à la mi-championnat de sa première année en MotoGP. L’Espagnol n’en reste pas moins motivé et l’assure : lui comme Suzuki travaillent d’arrache-pied.

La première saison d’Alex Rins en MotoGP est plutôt mouvementée. Blessé fin 2016, il avait manqué les tests de Jerez. À l’ouverture du Qatar, il était le meilleur rookie à l’arrivée (neuvième). Une chute en motocross avant le Grand Prix d’Argentine, puis une autre lors de l’épreuve d’Austin, l’ont éloigné des circuits pour cinq épreuves. Revenu à Assen, le pilote Suzuki n’a pas encore retrouvé le chemin des points.

« En Espagne, nous avons un dicton qui dit que quand tout va mal, la merde est collée à la chaussure. Voilà qui décrit bien ce qui m’est arrivé », plaisantait-t-il auprès de MotoGP.com, avant de préciser que « ce qui importe est que je suis de retour à 100%. Même lors des tests de Barcelone, je me sentais bien. » Après de longues semaines de repos, Rins a eu du mal à être constructif. « Après la pause causée par ma blessure, j’avais du mal à trouver un bon feeling sur la moto ; par conséquent, je pouvais difficilement juger si la moto marchait mieux qu’avant. » Mais l’Espagnol l’assure : chez Suzuki, ça « travaille dur pour nous fournir une meilleure machine ».

Coéquipier du sulfureux Andrea Iannone, le rookie n’est pas insensible à ce qu’il lui arrive. Et Rins de défendre l’Italien, avec qui il partage le box : « Iannone essaie de se faire à la machine. Il faut se rappeler qu’il sort de quatre ans de Ducati. Ce n’est pas facile pour lui d’adapter son style de pilotage. Parfois il est bien, parfois non.  Il pousse et travaille dur, mais il n’a pas trouvé la bonne façon d’être rapide avec la Suzuki. Je sais qu’il bosse beaucoup et a essayé beaucoup de choses pour trouver une solution. »

Quant aux soucis rencontrées au guidon de la GSX-R, Rins affirme que « depuis le début, nous avons tout deux plus ou moins les mêmes problèmes ». Il dit devoir « travailler sur le freinage. Il nous manque quelque chose pour ralentir correctement la moto. Nous essayons différentes choses avec les suspensions et l’avant mais jusqu’à présent, nous n’avons pas la solution. Suzuki travaille. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de