Mamola : « Zarco mérite qu’on le laisse libre de piloter à sa manière »



Pour ses débuts en catégorie reine, Johan Zarco, double champion du monde Moto2, a soigneusement oublié d’arriver sur la pointe des bottes et réussissant d’emblée des résultats qui ne manquaient pas d’impressionner les observateurs mais aussi ses adversaires.

Et ce qui ne devait pas manquer d’arriver arriva assez vite puisqu’à Austin, alors qu’il tentait un dépassement sur Valentino Rossi, il frôlait l’accrochage et les premières critiques sur son style de pilotage, fondées ou pas, ce n’est pas le propos, faisaient leur apparition.

Les choses se gâtaient à Assen lorsqu’il frôlait de nouveau l’accrochage avec le même Valentino Rossi qui, après coup, se fendait d’un commentaire assez peu élogieux remettant en cause les capacités du français : « aujourd’hui, j’ai compris que Zarco n’est pas méchant mais qu’il n’est simplement pas capable. Il ne comprend pas bien les distances avec les autres motos parce qu’il ne sait pas où il veut aller. »  

Plusieurs personnes sont, par la suite, intervenues dans le débat parfois à décharge mais souvent à charge du français.

Aujourd’hui, dans sa colonne sur Motorsport, Randy Mamola est revenu sur le cas de Johann Zarco en le défendant contre ses détracteurs.     

« Johann Zarco, en MotoGP, a souvent été accusé d’être trop agressif sur la piste surtout par Valentino Rossi, à Austin et puis à Assen. Je ne suis pas d’accord avec ces allégations. Jusqu’à présent, Zarco n’a jamais fait tomber personne et c’est quelque chose que tout le monde ne peut pas dire. Il ne commet pas beaucoup d’erreurs et il ne pousse pas à la limite pendant les essais libres.

Je pense qu’on devrait laisser Zarco libre de piloter à sa manière. Il le mérite. Ce que nous vivons est quelque chose que nous avons déjà vu dans le passé et l’exemple le plus récent est probablement celui de Marc Marquez. Quand il a fait ses débuts en MotoGP, en 2013, beaucoup se sont plaints de son agressivité en estimant qu’il était sans crainte. Et après tout cela, il a été champion du monde lors de sa première année en MotoGP. Maintenant tout le monde comprend son style de pilotage toujours à la limite. Les commissaires sont les seuls qui devraient juger ce genre d’action.

Le fait est que Zarco est toujours dans les premiers et que Valentino Rossi et le reste des pilotes devront s’habituer à cette situation. S’il luttait pour la dixième place, cela ne serait pas arrivé, mais il a été deux fois Champion du Monde Moto2, il sait ce qu’il fait, même si la moto est très différente de celle avec laquelle il a roulé dans le passé. Je pense que son processus d’adaptation au MotoGP a été très bon et cela a inquiété les rivaux qui ne le pensaient pas aussi brillant. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de