Vers une série électrique en MotoGP ? Oui mais progressivement



Il y a quelques jours, on apprenait que Volvo, le constructeur suédois d’automobiles, ne produirait plus que des voitures électriques ou, au mieux, des hybrides.

L’évolution est au vert et elle devrait également gagner progressivement le monde des deux roues.

Une évolution que la Dorna pourrait, elle aussi, progressivement intégrer. Progressivement car comme le confiait Corrado Cecchinelli, directeur technique à la Dorna, il n’est pas question d’une introduction d’un moteur électrique à une des trois catégories déjà existantes mais bien de la création d’une catégorie spécifique qui roulerait lors de quelques épreuves.     

« Nous ne comptons pas utiliser un moteur électrique pour l’une des trois catégories que nous avons actuellement. Nous envisageons une série séparée, qui se tiendrait sur un petit nombre d’événements MotoGP.

Nous sommes en train d’étudier si en pratique, c’est possible de le faire. Et si oui, qui pourrait être notre partenaire. Nous parlons de plus ou moins 2019. Y a-t-il une chance de les voir sur les circuits ? On dirait bien que oui.

Nous sommes intéressés pour plusieurs raisons. L’une est parce que nous devons vivre dans le monde réel et réaliser ce qui se passera [dans l’industrie de la moto] et il est judicieux de commencer de la manière la plus simple possible, c’est-à-dire par une série mono-marque.

Je considère cela comme le test « le moins dangereux » possible de quelque chose que nous sommes amenés à faire.

Nous espérons que si nous commençons par une telle série, cela encouragerait les autres acteurs à venir frapper à notre porte afin que nous puissions proposer une catégorie ouverte après, par exemple, trois ans. Même le gagnant potentiel de l’appel d’offre de la série initiale serait peut-être heureux d’avoir des concurrents. »

Comme Cecchinelli le rappelait, les motos électriques sont très agréables à piloter même si, et c’est également notre plus grande crainte, le bruit termine toujours par manquer.

« J’ai roulé sur quelques motos électriques. Pas du genre de celles que nous pourrions envisager pour la course parce qu’elles étaient dans la catégorie ‘dual sport’. Un modèle de production de référence serait quelque chose comme la BMW 1200GS.

J’ai été vraiment surpris. J’ai vraiment apprécié. Cela m’a surpris de voir Ô combien elles sont faciles et à quel point vous ne sentez pas qu’elles sont lourdes.

Ce que j’ai le plus aimé, c’était la connexion entre l’accélérateur et le couple, en fait entre le grip du guidon et le couple car il n’y a pas d’accélérateur ! J’ai bien aimé l’accélération depuis zéro. C’est incroyable.

Non seulement la « poussée », qui est forte, même sur des motos qui n’étaient pas proches des plus fortes possibles, mais aussi la qualité de la délivrance du couple qui est vraiment surprenante. Quelque chose de complètement différent.

D’un point de vue personnel, je n’aime pas spécialement que les motos électriques soient aussi silencieuses ! C’est mon goût personnel et je pense que cela changera dans les années à venir. La génération future des pilotes n’aimera pas le bruit car ils n’y seront pas habitués. »

Quoi qu’il en soit, un Grand Prix sans le bruit rutilant des moteurs, cela risque quand même de provoquer un sacré manque !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store