#CzechGP, Lorenzo : Quand Ducati fait rimer championnat du monde avec amateurisme



Hier, en République tchèque, nous avons vu une écurie factory de niveau mondial (Honda) et derrière, des écuries incapables de gérer un ‘flag-to-flag’ donnant ainsi au Championnat du monde d’affreux relents de kermesse locale.

D’un côté, il y a eu Marquez, dont on se demande même si la moto pour piste sèche n’était pas prête avant celle pour piste humide, qui, dès le deuxième tour se laissait redescendre dans le peloton avant de bifurquer vers les stands pour y trouver une machine prête.

Certains estiment que sa manœuvre était involontaire, d’autres que c’était une tactique délibérée du pilote espagnol. Nous ne nous lancerons pas dans ces polémiques mais nous ajouterons simplement que si en effet, elle était involontaire, une fois au box, il n’avait en tout cas plus qu’à mettre la première et s’en aller cueillir une des victoires les plus aisées de sa carrière.

De l’autre côté, il y a eu des team managers se confondant en excuses tirées par les cheveux pour expliquer l’inexplicable à savoir qu’au quatrième ou cinquième tour, soit deux ou trois tours après la rentrée au stand de Marc Marquez, les motos n’étaient pas prêtes !

C’est le cas de Yamaha, c’est le cas de Suzuki et c’est également celui de Ducati ! En effet, au moment où les rouges ont rappelé Jorge Lorenzo, la Desmosedici n’avait pas ses gommes et la suspension devait encore être réglée.

Alors de deux choses l’une, c’est déjà triste de rappeler aussi tard son pilote mais pire encore est le fait de le rappeler alors qu’on sait que la moto n’est pas prête. Hier, ces écuries ont fait rimer championnat du monde avec amateurisme !       

« C’est vraiment dommage. La météo était si imprévisible et il s’est arrêté de pleuvoir alors que j’étais rapide sur piste humide. Je me sentais plutôt bien, je crois même qu’on aurait pu se battre pour la victoire si les conditions étaient restées les mêmes. Et puis nous avons commis une erreur lors du changement de moto. Le team m’a en effet demandé de rentrer aux stands mais la moto n’était pas prête. Du coup j’ai perdu un peu de temps, ce qui a ruiné le reste de ma course. Bien sûr, nous apprendrons de cette mésaventure, nous ne voulons pas commettre la même erreur à l’avenir. Mais nous étions compétitifs tout au long du week-end, sur le sec comme sur le mouillé, ce qui est une chose positive. Nous nous rendons désormais sur un circuit où nous devrions figurer parmi les grands favoris. Nous ferons donc tout pour le démontrer en course. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de