#CzechGP : L’autre exploit s’appelle Tom Lüthi !



Au moment de reprendre le collier après quatre semaines de trêve estivale, on ne donnait pas cher des chances de Tom Lüthi de rebondir dans un championnat Moto2 dominé par Franco Morbidelli. Le Suisse avait réussi, pendant huit courses, à résister à la domination italienne grâce à une régularité aux avant-postes brisée par une chute au Sachsenring. En arrivant à Brno, le pilote CarXpert comptait 34 points de retard face à un leader aux six victoires en neuf Grands Prix. Pour beaucoup, la messe était dite. Mais ce n’est jamais le cas en moto…

Le meeting tchèque semblait confirmer une fin de saison aux airs de sentier de la gloire pour le pilote du Marc VDS Racing. En mal de sensations avec son pneu avant, celui qui a 31 ans et auquel personne ne pense pour une montée en MotoGP se montrait discret, à peine en mesure de s’abonner au top 10.

Puis est arrivé le dimanche. Une course où Tom Lüthi résistait pour marquer des points. Rien de bien transcendant. Puis la pluie divine est arrivée. Le drapeau rouge a été sorti et une nouvelle course de six tours a été décrétée. Dès le départ, Lüthi s’est porté en tête et ses adversaires ne l’ont plus jamais revu. Pendant ce temps, Morbidelli sombrait dans le classement et, sous le drapeau à damiers, il a fallu faire les comptes. Avec ce premier succès de l’année, le challenger se relançait en revenait à 17 longueurs du pensionnaire de la VR46 Academy !

Pas de doute, avec la stratégie bien pensée de Marc Marquez en MotoGP, cette victoire en Moto2 est l’autre exploit de ce dimanche à Brno. Sa recette ? Des pneus pluie usés et pas neufs… Un choix que Lüthi ne s’approprie pas : « pour moi, la seule chose claire était qu’il fallait des pluies. C’est mon chef mécanicien Gilles Bigot qui a décidé ça, moi, je pilote seulement. Et ça a marché. J’étais sur un nuage et j’ai réussi un départ parfait alors que c’était jusque-là ma faiblesse sur laquelle j’ai beaucoup travaillé ».

« Garder le rythme était aussi important, car je n’avais pas beaucoup roulé sur une piste humide. Un tour lors du warm-up seulement ! Mais j’ai eu de bonnes sensations et j’ai trouvé tout de suite la limite d’une moto parfaitement préparée par l’équipe. Je ne peux en dire plus. Lors du tour de décélération, j’ai crié à tue-tête sous mon casque ! ».

Pour le titre, Lüthi ne s’enflamme pas : « Morbidelli va revenir dès le prochain Grand Prix. C’est trop tôt pour penser au championnat. Il reste tellement de courses à faire. On va y aller course par course en étant très concentré. Pour lui, le Sachsenring a été un pas important et pour moi, c’était à Brno. C’est comme ça que ça marche ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de